Le parti RADHI a effectué sa rentrée politique

 C11215848_1635531863385028_3671167515971693363_n 11219658_1635531476718400_6016323089109697301_n 12002794_1635531980051683_7590773612709922103_n 12003194_1635531586718389_8846676724414415488_n 12003402_1635531556718392_1403939650620232861_n 12004706_1635531526718395_9167494182894195218_n 12027527_1635532036718344_4242961725621919570_n 12036443_1635531310051750_8450626367104783884_n (1)e samedi 19 septembre 2015 au Kremlin Bicêtre.
Le Secrétaire Fédéral, Mahmoud Ibrahime, a fait l’historique de la création du Parti en rappelant que son objectif depuis qu’il est élu, est de faire du parti RADHI le premier parti de la diaspora comorienne. Il a montré les perspectives de mettre en place d’autres sections après celles de Paris et Marseille.
Il a souligné le fait que le Parti RADHI est un parti spécifique sur l’échiquier politique comorien car ce n’est pas le parti d’un seul homme comme la plupart des partis comoriens, dans lesquels un homme décide pour tous, sans débat. Il a rappelé qu’un parti dans lequel se trouve Houmed Msaidié (Mbude), Kamar Zamane (Hamahame), Abdou Soefo (Mbadjini), Midhoire Sagaf (Mitsamihuli), Ali Abdallah (Hambu)… est un parti dans lequel chacun de ces leaders peuvent en prendre la direction ou être des candidats valables pour ce parti.
Pour lui, il est donc normal qu’à l’approche des élections le débat soit vif. Mais, il a demandé aux militants et sympathisants du parti de ne pas se laisser impressionner par les colporteurs de rumeurs, ceux qui comprennent que la montée du parti RADHI est un danger pour leurs propres partis et qui cherchent à nous déstabiliser. Il a appelé chacun à travailler pour l’unité de nos dirigeants et de notre parti.
En ce qui concerne les élections à venir, le Secrétaire fédéral a appris à l’assistance qu’au-delà des fausses rumeurs annonçant nos leaders comme Vice-Présidents de tel ou tel candidat ou même leurs départs imminents du parti, il y a pour le moment un candidat à la candidature (Houmed Msaidié) et des hypothèses. Au final, le Bureau national ou les militants trancheront.
Le Secrétaire fédéral a fini son propos en apprenant à l’Assemblée qu’un de nos dirigeants, Abdou Soefo, actuellement en France, a demandé à pouvoir s’entretenir avec le Bureau fédéral et que demain le bureau fédéral, ainsi que le bureau de la section de Paris le recevront.
Pendant près de deux heures de temps, le Secrétaire Fédéral et son équipe (Amina Mouigni, Asbahati Saïd et Ali Moustoifa) ont répondu aux nombreuses questions des militants et sympathisants, à l’issue desquelles plusieurs personnes nous ont rejoint en prenant leur carte du parti RADHI.

Le bureau Fédéral
Le chargé da la communication

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*