Le parti RADHI est passé à côté d’une prouesse politique.

Il a tout simplement raté là où toute autre personne que Msaïdié jouerait à la fois pour l’intérêt du pays et celui de sa propre personnalité. RADHI est le parti politique comorien qui aligne, présentement, un nombre significatif d’intellectuels d’une classe d’âge parfaitement productive. Moins de la cinquantaine. Une matière grise à mettre en valeur. Un candidat aux présidentielles qui sortirait de ce lot d’élites, serait un défi lourd à relever par les concurrents, une volonté de rompre avec les mauvaises pratiques et une envie de mettre en avant les compétences. Donc, un signal fort et sans précédent que RADHI aurait envoyé au peuple comorien.
Bingo! L’avidité du pouvoir et le refus du changement prennent le dessus. Pauvre Comores, comme disait l’autre!
Un Monsieur qui a exercé d’importantes fonctions d’État m’a dit ceci: » Peu, sont les intellectuels comoriens qui s’engagent politiquement par adhésions à des idées. Se sentant redevables auprès d’une personnalité pour un service rendu, ces instruits censés apporter le changement s’accrochent à elle pour rendre la monnaie et acquérir de l’EXPÉRIENCE ». Ainsi je comprends pourquoi cette chaîne du mal ne se rompt pas…..
Comment a-t-on pu soutenir Houmed Msaïdié à être candidat aux prochaines présidentielles?
L’homme n’a jamais été utile professionnellement que dans les ministéres.
Il change lamentablement d’avis. Étant à l’opposition Msaïdié s’est opposé, d’une manière responsable, à l’implantation d’une centrale électrique à énergie fossile (combustible fuel) aux alentours de Domoni dans le Mboudé. C’était un responsable soucieux des écosystèmes de son pays et la santé des habitants, qui parlait.
Tenez-vous bien…Tout récemment l’enfant du Mboudé soutient le contraire: la centrale doit être implantée. Il n’y a aucun risque en vu. Ah, le champion! Oui, changer d’avis est normal, suivant une évolution des choses. Ce qui n’est pas le cas ici.
Msaïdié à la magistrature suprême serait la fin du pouvoir judiciaire. Son message ferme adressé à l’institution chargée d’instruire les dossiers des candidats aux prochaines présidentielles en dit long.
Vous, qui vantez l’expérience de Houmed Msaïdié, défendez sûrement le dernier discours d’IKi à l’ONU. Ya Latuf!

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Aboubacar Chamasseob_dbf030_3251691750-1-3-phxvecr1

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*