Le plus grave est entrain de se produire

Opinion libre: J’ai lu avec beaucoup d’inquiétude, le décret présidentiel qui a dissout la Cour Constitutionnelle, pour en faire une simple chambre de la Cour Suprême. Ce ne sont pas les incohérences de ce démantèlement sur le fond et la forme, qui inquiètent le plus. Comment peut-on faire disparaître par simple décret, la plus haute juridiction nationale, créée parla constitution, sans que celle-ci soit modifiée. J’hallucine.
Certes, nos dirigeants ont toujours piétiné les règles et les institutions qu’ils ont eux-mêmes mises en place, afin de garder les mains libres. La nation est censée se construire avec des discours populistes, mythiques, enveloppés de versets coraniques.C’est la force de la tradition et des habitudes ancestrales vécues comme irréversibles. Les intentions du Président Azali étant à peine voilées, tous les clignotants indiquentque ce dernier est décidé à franchir la ligne rouge qui en principe, il ne peut franchir sans risquer de casser la baraque : supprimer la présidence tournante, et empêcher Anjouan de gouverner l’Union à partir du 26 mai 2021, et Mohéli à partir de 2026.
Il y a encore un an, un décret présidentiel avait dissout la commissionchargée de lutter contre la corruption,créée par la loi ; personne n’a protesté. Depuis quelques temps, la Cour constitutionnelle est paralysée, faute de quorum pour délibérer, puisque le mandat des cinqde ses huit membres est arrivé à terme, etn’est pas renouvelé. Les Comoriens se contentent de murmurer leurs mécontentements.

Acte final, cette haute juridiction qui juge de la régularité des élections entre autres, est dissoute, et intégrée comme une chambre de la Cour suprême, où les membres sont tous nommés par le seul Président de l’Union. Tout est ficelé pour valider les décisions litigieuses des assises, sans consulter les Comoriens par référendum.

Les auteurs de cette forfaiture pensent queles Comoriens ne réagiront pas, quelles que soient les violations commises, et que même si « les chiens aboient », la caravane va passer.Du coup, c’est l’escalade vers l’inconnu, ou l’éventuelle et irréparable rupture du consensus national issu des accords de Fomboni. D’un côté, le pouvoir est confisqué par un homme qui n’accepte que les limites qu’il se donne lui-même. De l’autre côté, des îles repliées sur elles-mêmes pour revendiquer leur identité territoriale et politique, tout en se livrant à une compétition anarchique pour occuper la 1ère place.

Il ne faut pas avoir peur de dénoncer cette violence faite à la constitution, puisqu’il y va de l’intérêt supérieur de la nation comorienne. Le Président Azali et son entourage immédiat sont en train de ramener les Comoriens en arrière, au risque de signer l’acte de mort de notre pays en tant qu’Etat, et en tant que nation. C’est inadmissible.

DJABIR Abdou, Parti MSADA

3 commentaires sur Le plus grave est entrain de se produire

  1. Mayotte doit penser à avoir son statut d’une île indépendante sans appartenance de la France ou des Comores pourris sion la France va toujours continuer à considérer les maorais des sous hommes , malgré leur pseudo de département et région ultrapériphérique tout ça du blablabla . Pour nous Mohéli et Anjouan , bientôt chacun va hisser son drapeau des îles indépendants et souveraines , Ngazidja a fait perdre Mayotte , et ben il va aussi perdre Mohéli et anjouan , il est temps que chaque île prend son destin en main .

  2. Pauvre peuple Comorien .
    Comme a dit notre député , il n’ a pas eu la chance d’ être natif dans l’ union des Comores
    mais surement il passerait plutôt à dénoncer l’ injustice et se battre pour le développement du pays
    au lieu de passer son temps à se ridiculiser en demandant que Mayotte rejoigne la misère de l’ union des Comores.

  3. Les pseudo-intellectuelles Comoriens sont aveugles et ne verront jamais cela. Le peuple comorien et la Dispora ne se révolteront jamais dans ce genre de situation très grave et compromettant la démocratie du pays, mais hypocrites comme ils sont , ils sont prét à organiser des manifestations pour tirer Mayotte vers leur pauvreté et leur anarchie .
    Tout le monde est tombé dans le piège d’AZALI : la société civile , l’ opposition, la Diaspora et même les soi-disant en apportant leur soutien au gouvernement AZALI pour avoir refuser d’ accueillir ses propres ressortissants sur le sol Comoriens , c’est le comble des combles.
    Certains ont même manifesté de joie à Trocadéro sur cette décision alors qu’ ils n’ avaient pas réfléchi une seconde se qui se cacher derrière cet décision .Jusqu’ à présent malheureusement tous les Comoriens pensent sortir gagnant sur la crise à Mayotte du fait de ce refus alors que c’ était l’ arbre qui cachait la foret. Vous vous êtes mis en liesse trop vite . Le tableau Commence à apparaitre .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*