Le pouvoir Azali ferait mieux de laisser tranquille les journalistes

Le pouvoir du Colonel Azali Assoumani ferait mieux de consacrer son temps à régler les problèmes des Comoriens au lieu d’entretenir la rage contre les journalistes qui s’efforcent, jours et nuits, à mettre en veille la population sur les dérives dictatoriales en cours.

Depuis maintenant trois jours, la gendarmerie, sur ordre peut-être du Ministère de l’Intérieur, cherche à arrêter Abdallah Abdou Hassane (Agwa) et Oubeidillah M’changama de la Radio Kaz suite à une chronique diffusée mardi dernier, selon un employé de la radio. On apprend ce soir du dimanche que l’autre compagnon journaliste, Ali Abdou Mkouboi (à droite), est convoqué ce lundi 8 janvier à la Brigade de recherche à 9h du matin. Honte à ce régime…

Des mesures prises pour intimider ces trois jeunes, quitte à créer des alibis pour fermer la radio Kaz. Les pouvoirs publics ont bien des moyens (autres qu’arbitraires) pour discipliner les gens de la presse mais en voulant intimider les journalistes de Radio Kaz à la sorte, ils s’enfoncent davantage, se ridiculisent et font perdre des points au pays. Mais, comme on le dit tous les jours, un régime autoritaire prend toujours des mesures autoritaires.

Abdillah Saandi Kemba

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*