Le président Azali doit éviter de tomber sur le piège d’Ali Soilih

Opinion libre: Le président Azali doit éviter de tomber sur le piège d’Ali Soilih. C’est d’avoir un excès de zèle sur la foie des comoriens qu’avec les actes, ils le comprendront. C’est sans compter à la culture de la « nostalgie » des comoriens qui aiment se nourrir du passé. Ce-ci dit, l’architecture actuel ou passé, selon là où on se situe est celui que tout président aurait rêver le voir. Une haute cour qui sonne comme un chambre d’enregistrement pour le régime.

Qu’elle aurait été la difficulté pour Azali et ses vice-présidents de choisir leurs représentants et tenter de ralier celui par exemple du président de l’assemblée et celui de son ami Fazule pour s’assurer la majorité afin de pouvoir passer tout ce qu’il veut. C’est aussi simple que ça. Je rappelle que l’architecture de la cour est ainsi. Un représentant du président et ses vice-présidents. Un représentant du président de l’assemblée et les représentants des 3 gouverneurs. Fait le compte et vous verrez que c’est un système notable que tout dirigeant aurait aimé l’avoir avec. Il n’a pas voulu reconduire et il a raison, une machine budgetivor que la majorité des comoriens l’a honni même ceux qui crient au scandale aujourd’hui. Rappelez-vous pendant les élections qu’est ce qu’on n’a pas dit pour une cours qui a entériné des résultats à 104% et à ponduit un 3ème tour dans une élection au suffrage universel. Sommes nous devenus un peuple irreformable? Ce que par contre, je rapproche, se sont les hésitations du chef de l’Etat pour accélérer les réformes et le manque de pédagogie du gouvernement.

Maoulida Mbaé

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*