Le président de la CENI et son secrétaire général déclarés « comptables de fait »

wpid-screenshot_2015-12-15-08-55-54-1.png

La section des comptes vient d’établir le rapport définitif relatif à l’audit qu’elle avait exécuté auprès de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). La section des Comptes a déclaré le président de la CENI et son secrétaire général, « comptables de fait ».

image

Sur une initiative du gouvernement, la section des comptes a procédé à un audit des comptes de la CENI sur la période des élections législatives, communales et insulaires de janvier-février 2015. Lors de ses investigations, la Cour a constaté que la CENI ne disposait pas de bilan comptable retraçant son patrimoine au terme des élections harmonisées tenues durant cette période et déplore l’attitude du président de la CENI et de son secrétaire général d’avoir écarté l’agent comptable et de s’être immiscé dans ses fonctions. Suite à cette « erreur », la section des comptes les a déclarés comme étant « comptables de fait ».

« Personnellement et pécuniairement, ils sont responsables de ce qui est arrivé parce qu’ils ont joué le rôle d’agent comptable », déclare Elarif Hamidi, le président de la section des comptes. Pour le non respect des principes de séparation des fonctions de comptable et d’ordonnateur, ils sont tous les deux passibles d’être jugés devant la chambre de discipline budgétaire et financière au mois de janvier prochain ».

Dans son rapport définitif, la Cour a constaté que plus de 153 213 509 FC ont été dépensés, soit sans pièces justificatives, soit avec insuffisance de pièces justificatives. « De tels manquements graves en matière de gestion des fonds publics sont susceptibles de plusieurs interprétations lesquelles certaines sont parfois mal ressenties par les responsables concernés, mal perçues par les autorités et les citoyens », poursuit-il, avant d’ajouter que « les documents justificatifs qu’ils ont présentés n’ont pas suffi à revoir en baisse les 153 millions ».

Le rapport a montré aussi les incertitudes et les non justifications de dépenses. Le président de la section des comptes parle également de surfacturation dans certains dossiers et de dépenses doublement payées. « Les états financiers de la CENI relatifs aux élections harmonisées de 2015, ne reflètent pas de manière sincère et fidèle sa situation financière et ne sont pas présentés en conformité avec les principes comptables. La gestion de la CENI est entachée de mauvaise imputation comptable, de dépenses sans pièces justificatives, de dépenses sans justification de service fait », montre-il. « La plupart du temps, ils ne se justifient qu’avec des chèques et des décharges. C’est vraiment insuffisant ».

La section des comptes ne compte pas s’arrêter là. Une autre chambre va prendre le relai pour juger les membres des démembrements de la CEII de Mohéli. La section des comptes espère aussi appeler les personnes qui ont perçu de l’argent sans pièce justificative.

Mohamed Youssouf / Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*