Le RDC veut expulser KIKI du gouvernement

Les députés du parti RDC ont jugé ce samedi « inacceptable le comportement du ministre de l’intérieur ». Faisant référence au boycott de leur dernier congrès, les élus du RDC croient que le ministre de l’intérieur dépasse la ligne rouge en voulant être partout comme le super ministre. Une colère pour ce parti de l’opposition qui entame la signature d’une pétition pour une motion de défiance contre le ministre de l’intérieur.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Une semaine après la tenue de leur congrès pourtant boycotter par le ministre de l’intérieur, le parti RDC réclame sa tête. Les élus du RDC accusent ce dernier « d’utiliser l’appareil de l’Etat pour lutter contre ses adversaires politiques et non pour lutter contre la corruption ou pour le bien de la population ». Rappelant qu’à force de vouloir être le super ministre, le ministre de l’intérieur détruit la politique du président de la république.  « Le congrès du RDC organisé la semaine  dernier au foyer de femme de Moroni était un événement privé organisé dans un lieu privé. Et jusqu’à preuve du contraire, les rassemblements ne sont pas interdits. Donc, le ministre nous a chassés comme des enfants et nous avons accepté pour ne pas mettre ce pays dans un problème mais la deuxième fois on ne va pas l’accepter. Cependant en notre qualité des députés du parti RDC, nous condamnons son acte et nous avons décidé de signet une pétition pour une motion de défiance contre lui », a-t-il informé le député Oumouri Hassane du RDC.  
Devant la presse, le député Oumouri a passé en revue, les indices et les manouvres de déstabilisation du ministre de l’intérieur qui compromettent la politique du président Azali. « Il n’est pas normal que des responsables piétinent les principes fondamentaux de ce pays.  Il faut que KIKI se calme un peu. Il faut qu’il arrête d’être le monsieur connait tous, et monsieur je fais tous. Il n’est pas un Roi, il ne peut pas être à la fois, le ministre de l’intérieur, le ministre de la justice, le ministre de la défense et des affaires étrangères. Sinon qu’il dit au président Azali de lui donner tous ces ministre s’il est capable de les gérer », a-t-il  déchargé le député Oumouri Hassane.

Avec ses quatre députés, le RDC a besoin de 7 députés pour avoir la signature de 11 députés pour que leur motion de défiance soit déposée en conférence des présidents. Et pour que la motion de censure contre le ministre passe, il faut le vote du deux tiers des élus c’est-à-dire l’accord de 22 députés.
Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*