Le sms de la discorde

Il y a quelques jours, les clients de Comores Télécom ont reçu ce texto : « Célébration de la victoire et du second anniversaire de l’Updc, le samedi 14 mars 2015 à partir de 21h00 à Ibar, entrée 5000 Fc ». Depuis vendredi dernier, les internautes se déchainent sur les réseaux sociaux. Il est légitime de se demander quelle victoire le principal parti au pouvoir célèbre, quand la population comorienne est plongée dans l’obscurité, que des ordures inondent le principal hôpital de référence et que les fonctionnaires accumulent les arriérés de salaire.africauganda

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

« Le parti au pouvoir, et donc le gouvernement, s’apprête à fêter sa victoire aux législatives par un Grand bal. Nos dirigeants se permettent de danser alors que le pays touche le fond dans la crise. Ce bal est un mépris ou l’insouciance de son peuple ? ». Cette question (sans doute rhétorique) est tirée d’un statut rédigé par Ahmed Abdallah Mgueni, ancien rédacteur en chef de votre journal, actuellement aux Etats-Unis. Son statut a été partagé 21 fois.

Les commentaires n’ont pas tardé à fuser, traduisant le malaise et l’incompréhension de la population face à cette annonce. « Les Comoriens ont le syndrome de Stockholm », assure un dénommé Abdoul Oubeidillah. Un autre internaute, remonté, fustige le gouvernement « IKI », gouvernement qui consiste à « plonger le peuple comorien dans le noir, dans la famine, le priver d’eau ». Cela se passe de commentaire.

Oustadh Padre, très suivi sur Facebook, n’est pas en reste. « L’Updc crie victoire et c’est tant mieux pour elle. Mais la population a qui elle » dédie » sa victoire Meurt dans l’indifférence générale ».

D’autres ont préféré s’en remettre à Dieu, assurant que ce dernier « a réservé de beaux châteaux appelés Djahannama pour nos dirigeants ». Ce bal tombe comme un cheveu dans la soupe. Il serait peut-être temps que l’Updc revoit sa stratégie de communication…

Fsy/LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*