En ce moment

L’éco, future monnaie unique ouest-africaine, au point mort

Il aurait fallu créer en quelques mois une banque centrale, décider du régime de change, fabriquer pièces et billets, adapter les systèmes informatiques et les administrations…Serpent de mer monétaire dont on parle depuis trente ans, l’éco devait être lancé en 2020. Mais à trois mois de la fin de l’année, l’hypothétique future monnaie unique ouest-africaine est au point mort.

L’annonce en 2019 par les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédeao) de l’implantation de la nouvelle devise dès l’année suivante semblait irréaliste : il fallait en quelques mois créer une banque centrale, décider du régime de change, fabriquer pièces et billets, adapter les systèmes informatiques et les administrations… Ce que l’Europe a mis une quinzaine d’années à faire pour lancer son euro. La crise du Covid-19 a eu raison de ce calendrier, s’ajoutant à la confusion et la crise interne créée par le changement annoncé du franc CFA en éco par les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), membres de la Cédéao, au grand dam du Nigeria et des pays anglophones de la zone. Un changement toujours pas effectif, lui non plus, alors qu’il était annoncé pour juillet.

Résultat, lors du dernier sommet de la Cédéao à Niamey début septembre, le président nigérien Mahamadou Issoufou a exhorté ses homologues « à élaborer une nouvelle feuille de route tout en maintenant une approche graduelle pour le lancement de la monnaie commune ».

Un enterrement de première classe ? « Non, ce n’est pas un enterrement, c’est un report », veut croire Yao Prao, professeur d’économie à l’université de Bouaké (Côte d’Ivoire), selon lequel le président ivoirien Alassane Ouattara a évoqué un délai de cinq années supplémentaires. Pour lire l’intégralité de l’article👉https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/09/28/l-eco-future-monnaie-unique-ouest-africaine-au-point-mort_6053887_3212.html

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*