Led Zep, le blues, la danse et Rain Man honorés à la Maison Blanche

En présence de Barack Obama, la 35e cérémonie du centre Kennedy a rendu hommage dimanche au groupe Led Zeppelin, légende du rock, pour sa contribution aux arts et à la culture américaine. « J’ai travaillé avec les auteurs des discours, mais il n’y pas de transition fluide possible entre le ballet et Led Zeppelin« , a plaisanté le président des Etats-Unis.

Le comédien Dustin Hoffman, l’animateur de télévision David Letterman, le bluesman Buddy Guy et la danseuse Natalia Makarova ont également été distingués lors de cette cérémonie très éclectique organisée à la Maison blanche. Ce rendez-vous annuel de Washington, de New York et d’Hollywood, sera retransmis sur CBS le 26 décembre.

Amis, collègues et héritiers spirituels des artistes et des personnalités distinguées se sont succédé pour leur exprimer leur admiration. « Dustin Hoffman est un emmerdeur et je m’en suis inspiré pour devenir moi aussi un emmerdeur », a ainsi déclaré Robert De Niro.

Malgré les propos du président, les hommages se sont enchaînés avec fluidité pour louer la grâce de Natalia Makarova ou le timbre rocailleux de Buddy Guy, fils d’un ouvrier agricole qui a fabriqué lui-même sa première guitare. George « Buddy » Guy, 76 ans, a été l’un des pionniers du blues de Chicago, qui a propulsé la guitare électrique sur le devant de la scène musicale. « Vous avez fait le lien entre nos racines et le rock’n roll », lui a déclaré le comédien Morgan Freeman. « Selon la formule immortelle de Buddy, le blues c’est quelque chose qu’on joue parce qu’on l’a. Et, quand on le joue, on le perd », avait déclaré la veille l’ancien président Bill Clinton lors d’une soirée de gala. Le guitariste Eric Clapton dit du musicien de Chicago qu’il est « le plus grand guitariste vivant »

Après avoir traversé l’Atlantique, ce blues est revenu de Grande-Bretagne sous un jour tout à fait nouveau avec Led Zeppelin, groupe formé par Jimmy Page, aujourd’hui âgé de 68 ans, le chanteur Robert Plant, de quatre ans son cadet, le bassiste John Paul Jones, 66 ans, et le batteur John Bonham, disparu en 1980.

Comme l’a noté Barack Obama, les rock-stars réputées pour leurs excès n’étaient pas forcément à leur aise en costume sombre et sous les ors de la Maison Blanche« Ces types ont redéfini le style de vie rock n’roll », a affirmé M. Obama dans l’East Room, la salle d’apparat de la Maison Blanche, en désignant les trois membres du groupe Led Zeppelin, séparé en 1980 et reformé épisodiquement.

A l’époque où ces Britanniques régnaient sur le rock, « il y a eu des chambres d’hôtel saccagées, des destructions généralisées », a ajouté M. Obama. « Donc, c’est plutôt bien que nous organisions [cette cérémonie] dans une salle dont les vitres font 10 cm d’épaisseur, et avec des agents du Secret Service dans tous les coins », a lancé le président.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*