L’éducation nationale doit être dotée d’un certains moyens humains et matériels

Tout d’abord, il faut absolument changer le système de recrutement. Car, le métier de professorat ça s’apprend. On ne s’improvise pas enseignant. Par conséquent, il faut réformer au plus vite possible le système de recrutement.
Ensuite, le contenu de l’enseignement lui-même, doit être revu rapidement. En effet, si les matières changent comme toutes les disciplines,il est nécessaire de créer un comité de réflexion sur les disciplines enseignées si elles sont conformes aux changements. Aujourd’hui, l’archipel des Comores, est le seul pays qui a gardé les mêmes hommes et femmes dans l’éducation nationale alors que ces derniers n’ont jamais mis leurs pieds dans une école de professorat. Outre, les matières enseignées. Il faut changer les auteurs comme Cheikh Hamidou khane, où Antigone. Il faut voir d’autres auteurs du xxe siècle, notamment Sartre, Merleau-Ponty,et la nouvelle littérature africaine. Plusieurs nouveaux auteurs africains émergent. D’où, la nécessité de modifier en profondeur le programme.

Enfin, pour les scientifiques, plusieurs méthodes de transmission naissent tous les jours. Aujourd’hui, on utilise des petits jeux mathématiques pour faire comprendre aux élèves. Il faut dire que les exercices aux tableaux noir disparaissent au fur et à mesure. Nous, les étudiants Comoriens nous avons souvent des difficultés de logique. Car, nous sommes accoutumés au bachotage plutôt que le raisonnement logique. Nous sommes capables de démontrer que ce triangle est rectangle en A, s’il y a un angle droit. Mais, au mème moment où il faut raisonner sans ces éléments, nous n’arrivons pas car, nous ne sommes pas habitués à ce genre d’exercice. Il suffit d’enlever tous les indices de démonstration pour que l’élève se perde.

D’où, l’idée d’introduire dans l’éducation un système de logique, de recrutement avec une formation poussée pour les professeurs et mettre sur la table une enveloppe spécifique ou si vous voulez un crédit exceptionnel destiné à l’école. Voilà un investissement pour prétendre à l’émergence prônée par le dictateur Azali Assoumani.

Est-il possible d’atteindre L’émergence sans un enseignement digne de ce nom,?

Imani

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*