L’élection présidentielle française vue de l’université des Comores

Le duel entre Emanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour de l’élection présidentielle en France intéresse particulièrement les Comoriens notamment pour trouver des réponses sur les questions de l’immigration, du statut de Maoré et des relations bilatérales. On s’est rapproché des étudiants de l’université de Mvuni et de leurs professeurs. Pour l’étudiant en licence 3 de droit, Fawaz Illiyassa le candidat d’En Marche présente plutôt un visage souple comparé à son concurrent. « Marine Le Pen ne s’intéresse qu’à la France et à ses intérêts. Vous avez vu qu’elle prône la sortie de l’Europe et s’appliquera à réduire considérablement l’immigration. Que ce soit à Maoré ou ailleurs, elle voudra en finir avec l’immigration. Pour Emmanuel Macron, les discussions seront privilégiées en premier. Les Comores peuvent espérer des relations bilatérales profondes et bénéfiques d’autant plus qu’il a déclaré que pour lutter contre l’immigration, il faudra mettre en place une politique de développement dans les autres îles » a-t-il dit.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

L’université est « En Marche »

À l’en croire, la question de Maoré ne sera pas tranchée ni par l’un ni par l’autre. Avec un pays qui ne produit presque rien et une dépendance accrue vis-à-vis de la diaspora, le candidat d’En Marche présente les meilleures garanties. Rencontré à la faculté de droit, Nakim Halifa étudiant en troisième année de droit avoue qu’avec « avec Le Pen, il n’y aura pas de flux migratoire dans la mesure où elle met en avant ses penchants nationalistes contrairement à son adversaire qui semble plus ouvert et plus humaniste. Concernant la question de Maoré, il n’y aura aucune solution, mais j’ose espérer qu’avec Macron, il peut y avoir des compromis et des discussions franches ». Le natif d’Ouzioini estime que le probable arrivé d’Emmanuel Macron au pouvoir ouvrira un peu plus la France aux étudiants alors que le Front National mise sur la reconduction de ces derniers notamment s’ils sont d’origine musulmane. Le doyen de la faculté de droit, Ahmed Kassim emboite les pas de ses étudiants en estimant que les Comores certainement comme tous les pays africains doivent espérer un triomphe d’Emmanuel Macron. « Le Pen a des pensées extrémistes et ne veut défendre que les Français de pur souche.  Là où elle veut expulser les étrangers de Maoré, Macron opte pour le développement des autres îles » devait-il argumenter.

 

1 commentaire sur L’élection présidentielle française vue de l’université des Comores

  1. Bonjour, je trouve dommage et pathétique de voir que les comoriens se focalisent sur les élections françaises. C’est vraiment mesquin. Quel président français sera bon pour les Comores? Ce pays n’est donc pas indépendant. Y a t il des dirigeants, des gens capables de penser à un avenir pour ce pays…À oui, E. Macron.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*