L’émir Abdel Aziz Ben Saoud à Beit-Salam : Signatures de deux accords de 22 millions de dollars

Le numéro deux du palais royal d’Arabie Saoudite, l’émir Abdelaziz Ben Saoud, a effectué une brève visite de 3h de temps hier à Moroni. L’intéressé a apporté un message du roi Salman Ben Abdel-Aziz au chef de l’Etat, Azali Assoumani. A Beit-Salam, Abdelaziz Ben Saoud, ministre de l’Intérieur du royaume saoudien, a eu un tête-à-tête avec le président de la République, avant d’assister aux signatures de deux accords de 22 millions de dollars sur les secteurs des infrastructures et de l’eau.

Porteur d’un message du roi Salman Ben Abdelaziz, l’émir Abdelaziz Ben Saoud a assisté aux signatures de deux accords de financement dans les secteurs des infrastructures et de l’eau d’un montant global de 22 millions de dollars (près de 8 milliards de francs comoriens). Les deux accords de financement ont été signés hier au palais de Beit-Salam par le ministre des Finances, Saïd Ali Saïd Cheyhane et le directeur général du Fonds saoudien de développement (Fsd), Ahmed Al-hatub, conseiller spécial du roi Salman Ben Abdel-Aziz..

Il s’agit du projet de construction et de réhabilitation de la route Mutsamudu-Sima d’une enveloppe de 17 millions de dollars et du projet d’extension du réseau d’eau de la capitale Moroni et ses environs d’un montant de 5 millions de dollars. Arrivé hier aux environs de 16h 40, l’émir Abdel Aziz Ben Saoud, ministre de l’Intérieur du royaume saoudien, a été accueilli à l’aéroport par les deux vice-présidents Moustadroine Abdou et Abdallah Saïd Sarouma avant de prendre aussitôt la route vers le palais présidentiel de Beit-Salam.

«Une ère nouvelle»

L’émir Abdel Aziz Ben Saoud a d’abord rencontré le chef de l’Etat, Azali Assoumani, dans un tête-à-tête qui a duré un quart d’heure puis assisté quelques minutes après à la signature des deux accords précités. Il n’y a cependant pas eu de déclaration officielle entre les deux hommes. «Je crois que nous vivons l’un des instants forts de notre coopération avec ce grand pays», a souligné le conseiller du chef de l’Etat chargé du Monde arabe,Yahaya Mohamed Illiassa.

«C’est notre allié privilégié, c’est un pays qui est à nos côtés depuis plus de quarante ans», confie un diplomate comorien en poste à l’ambassade des Comores à Riad. Rien d’officiel n’a filtré à l’issue de «cette brève et riche» rencontre entre le président Azali Assoumani et l’émir Abdel Aziz Ben Saoud assisté d’un traducteur saoudien. Mais des connaisseurs des traditions protocolaires laissent penser à «une ère nouvelle» qui laisse croire à un satisfecit, côté saoudien, quant à la ligne tracée par Moroni. Cette visite a été empreinte de symboles.

L’émir Abdel Aziz Ben Saoud est le numéro deux du palais royal après le prince héritier, Mohamed Ben Salman. Le royaume d’Al Saoud est l’un des premiers pays à avoir répondu positivement à l’appel lancé par le chef de l’Etat de faire des Comores «un pays émergent à l’horizon 2030».

Ask/Asa . Alwatwan

1 commentaire sur L’émir Abdel Aziz Ben Saoud à Beit-Salam : Signatures de deux accords de 22 millions de dollars

  1. après cela, on va crié à la généreuse Arabie séoudite ! Pour une fois, qu’elle met de l’argent pour un projet d’infrastructure car à part offrir de la viande de moutons que les élus et quelques notables s’empressent de s’approprier et manger à leur guise et prendre des étudiants comoriens pour apprendre la théologie et que ceux en revenant ont bouleversé les rites et les pratiques, l’Arabie saoudite ne donne pas beaucoup d’argent pour le développement.5 millions pour l’extension et l’alimentation d’eau à Moroni, en comptant qu’une partie sera détournée, cela est largement insuffisant pour faire ces travaux mais bon les politiciens aiment avoir cette manne afin qu’ils puissent les détourner une partie (car l’Arabie saoudite, le pays du prophète ne viendra pas contrôler le chantier et l’utilisation des fonds) car les problèmes d’eau à Moroni comme dans les autres contrées, il faudra plusieurs régimes pour les résorber tant l’incompétence.

Répondre à ahmed omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*