Les anciens du Pnac dénoncent un camuc qui a échoué sur sa mission

L’ancien personnel de la pharmacie nationale autonome des Comores (Pnac) dénonce les pratiques du camuc et exigent la réhabilitation du pnac. Mahamoud Abdillah, ancien commissaire à l’environnement demande « la ré-instauration de l’ancienne Pnac qui produisait des médicaments à bas prix et qui formait les enfants du pays plus particulièrement ceux qui font sciences naturelles. Le pnac produisait des paracétamol, des sérums, des sirops… à des prix rentables pour le comorien lambda ». Antufia Said Abbas, ancienne laborantine du pnac accuse l’ancien président Ikililou et ses amis d’avoir éliminé la pharmacie nationale pour des intérêts individuels. «  C’est un groupe d’amis ayant étudié en Guinée à commencer par l’ancien président de l’union des Comores, l’ancien ministre des affaires étrangères, Abdoulkarim, l’ancien ministre de la santé Moina Fouraha et Badaoui ancien directeur général du pnac avec la complicité de l’agence française de développement (Afd), qui a eu raison de notre pharmacie. Ce groupe a renvoyé à la maison environ 80 agents sans compensation » devait –elle avancer. Pour Ahmed Abdallah, ancien laborantin du pnac, «  le camuc n’arrive pas à satisfaire les besoins en médicaments de base. Ceux qui sont là, ont tout simplement brulé tous nos dossiers. Heureusement, ils ont épargné nos machines. Nous tenons à remercier le député Tocha Djohar et les parlementaires qui veulent réhabiliter la Pnac ».

A.Athoumani