Les avocats comoriens annoncent une grève

Les avocats comoriens ont prévu de descendre dans la rue demain pour faire entendre des revendications de longue date, déjà exprimées lors des précédentes grèves. 

Les avocats comoriens maintiennent la pression sur les autorités locales. Après deux semaines de grève, une nouvelle manifestation de rue est programmée pour ce mardi 8 janvier à Moroni, « afin d’exprimer à haute voix (leurs) revendications ».
Les négociations étant restées vaines à ce jour, les hommes en robes noires ont décidé de passer à l’offensive pour se faire entendre. « Au cours de notre entrevue avec le chef de l’Etat, nous avons exposé la manière dont la hiérarchie du barreau a été bafouée. Etant donné qu’aucune solution n’a vu le jour, nous avons adressé un courrier au ministre de l’Intérieur l’informant de la nécessité de notre démarche. Une autorisation de manifester a également été demandée au préfet du centre », indique la bâtonnière de l’ordre des avocats, Me Harmia Ahmed.
Cette grève a pour but de sensibiliser la population sur les maux qui minent la justice comorienne. « Nous voulons que l’opinion publique comorienne sache ce qui ne fonctionne pas au sein de la justice », explique la magistrate.
La bâtonnière souhaite également attirer l’attention sur le « danger de l’inexistence des droits de défense dans un pays qui se dit fonctionner sous les principes de la bonne gouvernance et d’une justice équitable ». « Nous avons saisi les autorités, le chef de l’Etat et le ministre de la justice afin de trouver une solution par la voie du dialogue, mais cela n’a rien donné  », déplore Me Harmia Ahmed.
Du côté du ministère de la Justice, certaines sources évoquent la possibilité d’une issue pacifique au conflit très prochainement. « Les deux parties, le ministère et le barreau, se sont rencontrées dans le but d’aboutir à une sortie de crise ».
Pour l’heure, la machine judiciaire, notamment le tribunal de Moroni, tourne au ralenti, depuis maintenant trois semaines. Le mouvement d’humeur des avocats comoriens a éclaté début décembre suite à la détention d’un de leurs confrères, Me Ahamada Mahamoud. Cet avocat s’est attiré la colère de la justice pour avoir dénoncé la libération d’un condamné à perpétuité.
Source: http://www.linfo.re

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*