Les bus de Mbadjini boycottent le village de Mitsudje

Après un énième accident de bus aux lourdes conséquences, des jeunes révoltés ont tabassé le conducteur dans l’enceinte de la gendarmerie, renversé et sérieusement abîmé le véhicule.
La section de Usukani wa Masiwa de Mbadjini ya djuu, région que deservait le bus, aa lancé un mot d’ordre de boycot de Mitsudje. Le boycotte est suivi par tous les bus de Mbadjini.

Aucun ne prend de passager descendant à Mitsudje. Ce qui pénalise les habitants du chef lieu de Hambuu qui ont l’habitude de faire voyager leur colis par les bus de Mbadjini.
Tout bus qui enfreint le boycot est taxé « d’une amande » de 10000f et interdit de travailler pendant 1 semaine.

Le samedi 9 février, les wababa de Mitsudje ont rencontré les maires et les préfets, la gendarmerie et les représentants de usukani wa massiwa dans le but de faire lever l’embargo.

Le dimanche 10 février 2019, ils inviterent les jeunes au dialogue en prônant la réconciliation avec les chauffeurs. Une minorité de jeune s’est opposé au compromis mais c’est surtout les chauffeurs qui ont continuer l’embargo.
La situation reste tendue.

Les notables de Mitsudje cherchent à tout prix une issue pour éviter que le boycot ne pourrisse la campagne électorale et n’ouvre le champ à toutes les interprétations notamment le fait que ceux qui ont abîmé le bus restent impunis.
Les accidents de la route génèrent beaucoup de conflit communautaire à Ngazidja.
On ne voit pas comment les réduire sans une attention accrue au respect du code de la route et sans un contrôle sévère de l’état des véhicules. Il faut aussi signaler le manque de signalisation routière.

Par Soidroudine Mohamed-Stayve / Hayba fm

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*