Les cadis et leurs assistants revendiquent leurs droits

cadiLes cadis et leurs secrétaires greffiers se sont concertés hier, dans la matinée à la salle de spectacle du palais de Hamramba, sur leurs conditions de travail. Le président du parlement, l’ancien ministre Said Hassani Said Hachim, l’ancien chef de l’exécutif de Ngazidja, Mohamed Abdouloihabi, les anciens ministre Fahami Said Ibrahim et Djanfar Ahmed Mansoib, entre autres, ont été présents à la rencontre. L’objectif de cette réunion été de solliciter l’aide de la population pour que “leurs droits soient respectés et leur image sans cesse bafouée retrouve sa stature”.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Les mots n’ont pas étaient tendre envers ceux qu’ils traitent de “mécréants” ou encore de “fanatiques”. Entre la baisse du salaire, qui était un peu plus de cent vingt mille francs et qui est aujourd’hui de quarante-cinq mille, et les conditions difficiles qu’ils font face, les cadis mènent la vie dure depuis un certain temps. Le cadi Ali Mohamed Mbwereha, dressant le parcours de ses pairs depuis la période du président Ahmed Abdallah Abderehmane, a montré que tout a été fait pour que les cadis disparaissent de la scène nationale au péril de notre religion.

Cependant, il a aussi cité des noms qui, depuis toujours, soutiennent leurs causes à l’instar de Fahami Said Ibrahim, de Djanfar Ahmed Mansoib et Said Hassan Said Hachim et, au passage, il a lancé des piques à d’autres personnes qui jurent sur la disparition de leur corps. Une déclaration commune traite d’ailleurs ces derniers de “profane dans leur carrière, d’homme à l’esprit mesquin ou encore d’ennemis jurés des cadis et surtout de l’Islam”.

Mais, malgré ces obstacles que certains responsables dressent sur leur chemin, les cadis se disent prêts à aller où il le faudra pour satisfaire leurs revendications : respecter et appliquer les textes relatifs aux cadis dont les lois statuant sur leurs sorts, fixer des salaires raisonnables pour les secrétaires greffiers des cadis, exiger l’actuel directeur des affaires judiciaires à appliquer la loi et réhabiliter les bureaux des cadis.

Pour ce faire, Said Hassani Said Hachim a proposé à l’audience de constituer une délégation afin d’aller voir le président de la République. En outre, ce dernier a aussi tenu à appeler les cadis à respecter leurs propres images car ils sont la vitrine du pays.

Abdallah Mzembaba

Source : alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*