Les Comores, futur eldorado du BTP réunionnais

Jocelyn Fougerais
Jocelyn Fougerais

Autrefois extrêmement vulnérable, l’économie comorienne se réveille avec une croissance  estimée à 3,5 % en 2013 et voilà que cette bonne nouvelle commence à attirer les investisseurs.

En effet depuis plus de 2 ans le secteur du  BTP  de l’île de la Réunion est en crise mais la confédération de l’artisanat des petites entreprises du bâtiment de la Réunion  (Capeb)  veut  se  relancer  en allant aux Comores pour  s’occuper du secteur du BTP. « Les entreprises réunionnaises pourraient par exemple aller travailler à la construction d’un hôpital là-bas, ce qui éviterait les entrées illégales sur Mayotte et ainsi de nombreux drames », souligne Jocelyn Fougerais, président de la Capeb à nos confrères du site Clicanoo. En faisant référence au déplacement de nombreuses femmes vers Mayotte dans le but d’accoucher dans les Hôpitaux de l’île  comorienne qui est sous administration française.

Pendant que les pays de la zone de l’Océan Indien mettent en place des politiques économiques, le gouvernement du président Ikililou  n’annonce aucune mesure économique pour favoriser l’emploi et la lutte contre le chômage des jeunes même si la maison de l’emploi des Comores organise le salon de l’auto entreprise le 13 mai. Plusieurs mesures sont possibles pour permettre aux Comoriens surtout à la diaspora comorienne d’investir et profiter de cette croissance pour relancer l’emploi. Et quant à la classe politique, elle ne pense qu’à l’élection de la présidentielle de 2016 et comme d’habitude sans  programme économique pour le pays.

1 commentaire sur Les Comores, futur eldorado du BTP réunionnais

  1. on ne peut parler de croissance dans un pays ou il n’ya aucune renovation de la machine économique!aucune création même pas une usine de fabrication d’allumettes tout vient de DUBAI ,DARES SALAM et ailleurs de la partde l’etat,aucun encouragement pour la création puisque les plu-valus font fonctionner la douane qui est la mamelle de l’état de l’autre côté le commerçant vend comme ça le chante ce qu’il rapporte de Dubbai et ailleurs, malheur au consommateur qui voit son pouvour d’achat s’abaisser chaque jour…..beaucoup à ajouter sauf la croissance!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*