Les Comores ont émis leur intention d’abriter les Jioi 2023

L’île comorienne de Mayotte sous occupation française, a émis, également son intention d’abriter ces mêmes onzièmes jeux. A en croire le directeur administratif du Comité olympique comorien, Hassane Mohamed Aboudou, ce souhait ne pourra jamais être admis du fait du statut de cette île au Conseil international des jeux (Cij). « Mayotte n’a jamais été membre à part entière de l’institution et n’a pas le droit d’abriter aucun événement issu des jeux des îles de l’Océan indien ». Aucune autorité comorienne ne s’est rendue à cette réunion de la plus haute autorité des jeux pour appuyer le vœu du Cosic.

Le Conseil international des jeux (Cij) a organisé, lundi et mardi dernier à Maurice, une réunion sur l’édition des jeux des îles de 2019. Le Comité national olympique comorien (Cosic, représenté par son président, Ibrahim Ben Ali, et son directeur administratif, Hassani Mohamed Aboudou), a pris part à cette réunion au cours de laquelle l’intention des Comores de recevoir l’édition de 2023 y a été évoquée.

Durant la réunion, l’île comorienne de Mayotte sous occupation française, a émis, également son intention d’abriter ces onzièmes jeux des îles. Mais, à en croire Hassane Mohamed Aboudou, le souhait de Mayotte ne pourra jamais passer. « Mayotte participe aux Jioi entant que jeunesse invitée à prendre part à la fête culturelle et sportive de la région. Elle n’a jamais été membre à part entière de l’institution et n’a pas le droit d’abriter aucun événement issu des jeux des îles de l’Océan indien », devait-il préciser.

Alerte

La même source contactée depuis Maurice a insisté sur le fait que pour Mayotte on en reste au statu quo. « Rien n’a changé par rapport à son statut au niveau des jeux des îles de 2019. C’est une candidature fantaisiste préparée par la délégation mahoraise pour faire blocus au dossier comorien, mais c’est peine perdue ».

Les deux autorités sportives comoriennes se sont rendues à Maurice sans le soutien d’une autorité politique. Aucun membre du gouvernement comorien ni un quelconque délégué de l’Etat n’a fait le déplacement pour aller soutenir et défendre les vœux du Cosic.

Malgré cet handicape, la délégation comorienne à la réunion du Cij, la plus haute autorité des jeux, a su maintenir sa position par rapport à sa candidature pour l’édition de 2023. Techniquement, le Cosic a fait de son mieux, jusqu’à là. La balle, sur ce sujet sensible, est dans le camp du gouvernement comorien.

« Le top est donné. Mais il faudrait le suivi et le soutien du gouvernement, qui n’a pas droit de refaire l’erreur commise lors des jeux de 2019 qui ont été attribués, au dernier moment, à Maurice », devait alerter Hassane Mohamed Aboudou. La machine pour les Jioi 2023 est officieusement lancée. Au gouvernement comorien de l’officialiser avant l’ouverture de l’édition 2019.

Eliedjouma

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*