LES COMORES / Pourquoi dit-on les Iles de la Lune?

Le croissant des îles de la lune:
On l’appelle également l’archipel des îles de la lune, du fait de la position des îles et îlots qui forment un croissant de lune. D’ailleurs le nom des Comores vient de l’arabe K’m’r qui signifie Lune.

L’Union des Comores
(Udzima wa Komori en comorien, الاتحاد القمر en arabe)
Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus


L’archipel des Comores est constitué de quatre îles (La Grande Comore « Ngazidja », Mohéli, Anjouan et Mayotte) qui se trouvent à l’entrée du canal du Mozambique au Nord-Ouest de Madagascar et face au Mozambique. Les routes maritimes transportant le pétrole provenant du Proche-Orient à destinations de l’Europe et des États-Unis passent par les Comores.
La superficie totale de l’Union des Comores est de 2 170 km². La capitale, Moroni, se situe sur la plus grande des îles, la Grande Comore. Cette même île compte un volcan (2 361 mètres) actif appelé le Karthala. C’est un volcan strombolien encore en activité dont la dernière coulée de lave date de 2005. Un lac occupant l’un des cratères constituant une caldeira de 3 km de diamètre, la plus grande caldeira en activité du monde à l’époque, a été vaporisé, début 2005. La porosité du sol de la Grande Comore explique l’inexistence de cours d’eau, contrairement aux autres îles.
Les terres sont à 45 % agricoles. 9 % est recouvert par la forêt et 7 % du territoire est inexploité. Les îles sont assez proches (75 km au plus) et les fonds marins comportent beaucoup de corail, qui a malheureusement fait les frais d’El Niño il y a quelques années et est également victime de pêche à la dynamite. La grande variété de la faune sous-marine pâtit elle aussi malheureusement des méfaits conjugués de la nature et des hommes: de moins en moins de requins, de moins en moins de tortues – proies faciles dont la viande est goûteuse et… gratuite, de moins en moins d’holothuries ou « concombres de mer » – appréciés de certaines populations qui les ramassent et en font le commerce, sans forcément mesurer l’impact que cette « pêche » intensive pourrait avoir, l’archipel constituant l’une des zones de réensemencement de l’Afrique de l’Est, etc.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*