Les Comores recevront très prochainement 300.000 euros du Fonds vert

​En partenariat avec la Commission de l’Océan indien (Coi),  le gouvernement comorien a organisé, hier 19 septembre à l’hôtel Itsandra, un atelier national sur la «finance climatique». Il s’agissait d’informer les acteurs étatiques et non étatiques de l’existence du Fonds dit «vert/climat», de la typologie des projets éligibles, des conditions et des procédures d’accès au Fonds. A cette occasion,  le secrétaire général du ministère comorien en charge de l’Environnement, Youssouf Hamadi, a présenté les priorités du Programme national face au changement climatique.
Selon une experte du secrétariat du Fonds vert, le changement climatique n’est pas uniquement une question d’atténuation, mais aussi d’adaptation. Selon elle, la différence entre le Fonds vert/Climat et les autres fonds réside dans le fait que, ici, seul le pays bénéficiaire détermine ses besoins et indique là où il souhaite investir. «Notre objectif principal est de donner des ressources à certains sujets d’une manière équilibrée, surtout un pays comme les Comores, un Etat insulaire», a-t-elle dit.
 300.000 euros du Fonds vert
Par ailleurs, dans son intervention, le secrétaire général de la Commission de l’Océan indien a déclaré que les effets du changement climatique sur les Comores et dans la région n’étaient plus à démontrer. «17,2 milliards de dollars ! Voilà le montant des pertes subies de 1980 à 2013, du fait des catastrophes et des effets du changement climatique aux Comores, à Madagascar, à Maurice, aux Seychelles et à Zanzibar. C’est colossal», a fait savoir Hamada Madi Bolero.
Selon lui, les Comores recevront très prochainement 300.000 euros du Fonds vert pour aider le pays à réfléchir en profondeur sur ses projets. «C’est une goutte d’eau,  mais c’est un starter pour faire démarrer notre moteur «, dit-il, avant d’ajouter que la vraie question est de savoir comment accréditer le maximum d’entités publiques et privées comoriennes pour qu’elles aient accès à ces financements.
l’ambassadeur des autorités comoriennes

 Pour le vice-président comorien en charge de l’Environnement, Moustadroine Abdou, la diversité de sources d’énergies renouvelables est une opportunité pour les Comores de bâtir une croissance économique forte, durable, inclusive et réaliser les aspirations légitimes du peuple comorien et faire des Comores un pays émergent à l’horizon 2040.

                                 
Il a ensuite demandé au secrétariat du Fonds vert d’être l’ambassadeur des autorités comoriennes auprès des instances internationales afin de permettre au peuple comorien de réaliser ce rêve. «Je voudrais lui demander de réduire autant que possible les délais d’approbation des projets. Sinon, cela risque d’écorner l’image et la crédibilité de la Communauté internationale et de nos États, vis-à-vis des populations qui ploient sous le poids et le souci d’une quotidienneté prépondérante». A en croire toujours Moustadroine Abdou, l’Union des Comores a soumis au Secrétariat du Fonds vert une note conceptuelle sur les ressources en eau pour un montant de 47 millions de dollars.
Nazir Nazi

1 commentaire sur Les Comores recevront très prochainement 300.000 euros du Fonds vert

  1. Alors Comores vont recevoir 300 000euro ou votre gourmand gouvernement vont mettre 300 000e dans leurs poches ,il faut dire la vérité que le peuple envera pas la couleurs et les projets tomberont a l eau comme d hab

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*