« Les Comores un pays qui s’est vu offrir de fortes sommes d’argent pour trahir le Qatar »

LA HONTE. Dans une interview au Magazine Jeune Afrique, le ministre des affaires étrangères du Qatar, Mohamed Abderrahmane Al Thani, cite les Comores comme étant un pays qui « s’est vu offrir de fortes sommes d’argent » pour trahir le Qatar, alors que les qataris soutenaient notre développement. Il cite en contre-exemple la Somalie qui malgré la pauvreté a refusé le chantage saoudien et est resté neutre. Voilà l’image que l’on a à l’international un pays qui trahit ses amis pour de l’argent.

5 commentaires sur « Les Comores un pays qui s’est vu offrir de fortes sommes d’argent pour trahir le Qatar »

  1. On se rend compte que le Comorien ne voit que le bout de son nez .
    Ils se prennent de Haut, même si ils doivent se réjouir que quelques heures voir qlques jours .
    les exemples en sont multiples , ils ne tirent jamais les leçons de leurs erreurs .
    Nous avons vu aux temps de SAMBI lorsqu’il avait interdit d’accueillir ses ressortissant clandestins refouler
    de Mayotte , nous avons vu comment les Comoriens se la pétaient dans les réseaux sociaux .
    Puis les Jeux des iles lorsque les athlètes Mahorais n’ arboraient pas le drapeau tricolore au Seychelles et quand celles ci se sont déroulés à la Reunion, ils se sont senti tellement humillier en voyant les Mahorais avec le drapeau qu’ils ont fini par se retirer eux même par peur d’ attraper une crise cardiaque .
    Puis survient la feuille de route avec la gratuité du visa , ils se sont rejouit pendant 24H .
    L’ Ambassade de France avait amorcé la Construction de l’ Hôpital El-maanrouf pole mère/enfant , ils ont stoppé net les travaux car les QUATARIS lui ont promis de construire un Grand Bâtiment de 6 étages tout beau tout neuf , ils ont insulté le colon avec ses maigres investissements, mais si on avait continuait les travaux , le batiment aurait déjà été inaugurer . Pauvre Comores .
    Maintenant ils ne savent plus là ou ils en sont sur la construction de cette hôpital après avoir rompu avec le quatar.
    Ou sont ces intellectuels Comoriens qu’ ont nous vantent matin , midi , soir , pour conseiller ces politique corrompu, au lieu de passer le temps à parler de Mayotte en détournant les esprits des Comoriens et profiter pour ne rien faire et dilapider les caisses de l’Etat .

    • Je suis de l’avis d’Ahmed. On ne voit que le bout de notre nez. On nous a parlé de faire les choses, comme El Maarouf,de nos fonds propres, taxer plus le citoyen landaise, alors que le politicien reçoit de cadeaux de l’Arabie Saoudite. On nous parle de Mayotte et de visa, mais pas des taxes douaniers qui augmentent. Moi et le pauvreste Comorien va payer pour l’hôpital.

  2. Je demande pardon au nom de tous les compatriotes qui ont été victimes des agissements de leur « Président ». Inutile de vous dire que je ne peux pas exprimer ici la douleur que des milliers de compatriotes dignes de ce nom ont ressenti et ressentent encore dans cette affaire. La traîtrise est une maladie incurable et la récidive est toujours possible car omniprésente.

  3. Azali doit prendre conscience de sa propre ignorance. L’abandon du quatar au profit de l’Arabie Saoudite était une faute morale au sens kantienne du terme. Cependant, le dictateur azali assoumani a préféré son intérêt personnel au détriment de celui de la nation.
    Il n’est jamais trop tard Monsieur le directeur. Car, à tout moment on pourrait recoller les morceaux. Mais, il suffit de reconnaître vos propres erreurs pour pouvoir avancer. Il est vrai que l’Arabie Saoudite est le pays des quoraichs mais, leurs autorités n’ont pas à nous dicter notre politique étrangère. Même si ces dernières restent les donnateurs des autorités comoriennes, elles doivent respecter une éthique. Le peuple comorien est scandalisé par le comportement irresponsable des saoudiens.

    D’abord, on ne fait pas le zakat tout en demandant une contrepartie. Selon, les sources traditionnelles, jamais la main gauche ne devra savoir que la droite à eu un zakat. Or, les saoudiens pratiquent un discours à géométrie variable. D’une part, ils parlent de religion et sa doctrine wahabite, quand ils distribuent les pétrodollars. Et d’autres part, ils profitent de leur richesse pour dominer les pays dépourvus de leur moyens d’existence, notamment les comores. En effet, la misère et les bêtises du dictateur azali assoumani font que le pays devient une proie facile pour les détenteurs des capitaux. Ce climat délétère entre le quatar et l’Arabie Saoudite ne nous concerne pas. Car, nous ne sommes pas dans une phase de conquête. Or, ces deux géants sunnites cherchent à influencer et à répandre leur doctrine. Les comores donc, n’ont pas à s’immiscer dans une guerre d’influence. Nous constatons donc, une carence manifeste de la diplomatie du dictateur azali assoumani.

    J’appelle donc, solennellement les représentants du peuple à former une commission d’enquête afin d’expliciter cette affaire qui oppose saoudiens et quatari. Cette honte qui éparpille dans les médias du monde doit faire l’objet d’une enquête parlementaire. Sauf, si ces députés sont des esclaves du dictateur azali assoumani.

    Sur cette affaire les masques tombent les unes et des autres.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*