Les Comores vient de vivre un moment regrettable…

Opinion libre: La fonction de vice président n’est pas spécifique aux Comores. Le Président Azali n’est pas le seul chef d’Etat à être ainsi entouré. Cette structure est d’ailleurs inscrite dans la Loi Fondamentale et cette référence juridique s’exprime dans une définition très étroite des prérogatives du vice Président. Le poste est en effet conçu pour assurer la continuité de l’Etat en cas de vacance du Président. C’est ainsi qu’après l’assassinat du Président Kennedy aux Etats Unis, le vice Président Johnson prêta serment dans l’avion qui le ramenait à Washington. La fonction est également conçue pour générer des forces légitimes pour l’avenir et c’est là une deuxième justification de ce « ticket ».

Dans tous les cas de figure, quel que soit le pays auquel on se réfère, jamais le vice Président ne peut s’autoriser de prendre position contre le Président, auquel d’ailleurs il doit sa position.

The only conceivable argument for the office is that it provides an automatic solution to the problem of succession.

La fonction peut s’analyser comme une force politique de représentation, dans le respect de la fonction présidentielle et le vice Président d’un pays s’exprimera souvent pour tracer un sillon dans l’esprit de l’action développée par son chef.

Les Comores vient de vivre un moment regrettable. Le vice Président Djaffar Ahmed Said auquel la dignité impose le soutien sans faille de son Président s’est récemment permis d’apporter son soutien à l’opposition, qui plus est l’opposition corrompue des anciens collaborateurs des anciens Présidents. L’homme qui s’estime sans doute être au dessus de la Loi Fondamentale n’a pas pour autant démissionné, il doit penser que dans le monde qui est le sien, il a tous les droits et qu’il peut se permettre d’ignorer le sens du devoir.

Il est cependant triste qu’un homme en charge de telles fonctions se comporte ainsi, l’exemple est pitoyable et impardonnable !
Nous ne pouvons pas accepter que des hommes qui veulent incarner l’avenir du pays agissent en dehors de toute règle morale. L’absence d’éthique élémentaire est la porte ouverte au pourrissement et aux dérives les plus graves. Djaffar doit certainement connaître le prix de comportements iniques et la condamnation morale qui le frappe doit faire l’objet d’un rappel à la dignité et au respect sans lesquels un homme ne mérite pas d’être estimé.

Un des plus grands écrivains, sinon le plus grand, William Shakespeare avait trouvé les mots pour condamner sans détour un tel comportement: il fit dire à Othello: » Mon âme , j’ai perdu mon âme, je ne suis plus qu’une bête. » Puisse Djaffar Ahmed Said comprendre méditer et se repentir de ses fautes. I offer you my Prayers my young brother.

Said Hilali

5 commentaires sur Les Comores vient de vivre un moment regrettable…

  1. Excusez moi si je change de sujet mais la France et les Comores jouent actuellement le jeu du Chat et de la Souris. Les Clandestins continuent à être expulsés (40 par semaine au lieu des >100 habituellement)mais on ne leur donne pas le petit papier qu’il doive produire à leur arrivée. Par conséquent, je demande au ministre, s’il est dépassé par les évènements ou qu’il fait cela moyennement finances, de bien lever l’interdiction d’expulsion afin de libérer les visas entre les Comores et la France pour que nous qui avons besoin d’aller en France puissions le faire.

  2. Merci TB de votre commentaire sur cet article et je vous loue pour votre jolie éccriture . Je pensais pareillement mais je n »allais trouver les mots et le style de votre rédaction .Toutes mes félicitations .Si TB veut dire Très Bien , vous vallez plus : Excellent(e).

  3. Va te faire foutre M. Said Hilali. C’est vous le manigaceur de toute cette politique de dérive démocratique et institutionnelle. Il ne faut pas comparer les Comores avec d’autres pays. Les Comores sont tout petits et très pauvre ; ne compare pas avec ce qui n’est pas comparable ! Vous allez un jour payer vos errements et vos erreurs

  4. Nous ne sommes pas dans une monarchie où l’on doit suivre aveuglement un roi sous peine d’être bannie ou décapité.
    Le vice président à pris position contre un tyran et que ce à ne déplaise à ce tyran et ces sbires.

  5. C’est avec stupéfaction que je lis votre article et déplore qu’à nos jours des personnes instruites puissent tenir un tel discours, traduisant ainsi un degré de méconnaissance de la science politique et du sens de l’intérêt général.

    Contrairement à ce que vous appelez « moment regrettable », le discours, la position de M. Djaffar est salué unanimement par la population et traduit une forme d’audace, de courage politique et mérite le respect… au moment où bon nombre de personnes n’osent critiquer le pouvoir, par intérêts personnels ou par peur de représailles, …

    c’est dans un moment pareil où l’unité du pays est menacé, les libertés publiques mis entre parenthèses, la constitution bafouée aux seuls motifs de servir les intérêts personnels d’un homme et d’un clan , qu’il faut des hommes qui osent dénoncer sans se soucier de conserver ou non leurs fauteuils.

    Être vice-président ne veut pas dire être un vassal aveugle au service d’un homme…. dire « amine » à tout comme un troupeau de mouton… mais c’est avant tout servir l’intérêt général, défendre la légalité, les institutions et la justice.

    Cher Monsieur, le courage, la dignité, l’honneur et l’intérêt général ne se négocient pas et ne s’achètent point.

    J’espère qu’un jour vous aurez le courage de dénoncer les dérives autoritaires du pouvoir actuel, les comportements anticonstitutionnels du régime qui agissent dans le plus grand mépris du peuple et de nos lois fondamentales.

    Arrestations arbitraires, tortures, suspension de la cour constitutionnelle et transfert de compétences à la cour suprême (sans avoir les prérogatives)… vous appelez ça avoir une fidélité face à de telles agissement???

    Sinon que serons nous, à part des hommes corrompus jusqu’à la moelle, tel un parasite qui s’accroche pour sucer le sang de son hôte, jusqu’à la dernière goutte.

    Il y a juste 18 ans, notre pays a failli connaître la scission et a frôlé une guerre civile…. la stabilité et l’unité nationale ont été retrouvées depuis.

    Voulez-vous replonger le pays dans l’abime au seul motif de servir les desseins d’un homme « que vous exigez un serment de vassalité sans faille no conditions « ?

    Méditez Cher Monsieur!
    Soyez digne de vous même.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*