Les Comoriens meurent tous les jours, leurs vies périssent en mer

wpid-screenshot_2015-11-04-15-56-13-1.png

Les Comoriens meurent tous les jours, leurs vies périssent en mer. Et cela n’éveille aucun sentiment chez Ikililou, Boléro, Msaidié, les directeurs de cabinets, les ministres, les nombreux conseillers payés grâcement, les parlementaires, les gouverneurs, les journalistes ORTC, tous ces gens qui forment les Comores ne sont plus gênés par ce macabre ballet des naufragés de la misère.

image

Et les partis politiques, les prétendants à la présidence, trop affairés ces derniers temps, à faire du tapage pour qu’on sache qu’ils sont là ! Oui ils veulent bien aller aussi à Beitsalam pour … (ils n’y ont pas encore réfléchi, aucun programme) mais ils veulent bien qu’on les y envoie.

Pendant ce temps, les Comoriens meurent, et ça ne les émeut pas ! Ils n’en parlent d’ailleurs pas. Ces vies n’ont aucun sens, ni pour eux ni pour ceux en place. Trop occupés à grappiller les moindres deniers publics pour se mettre à l’abri dans les années à venir.

Et pendant ce temps sur les rivages des côtes anjouanais, les Comores meurent, en tentant, désespérés de braver ce mur du visa balladur, dans l’espoir de pouvoir de nouveau espérer.

Cheikh Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*