Les comoriens s’insurgent contre la capture d’un cœlacanthe à Mutsamudu

Depuis que des pêcheurs Anjouanais ont attrapé un Cœlacanthe, les réactions se multiplient notamment contre l’absence d’une protection efficace de cette espèce protégée puisque en voie de disparition. Cette poisson qui symbolise les Comores est déclarée espèce protégée, mais personne ne sait par qui. Raison pour laquelle les pêcheurs qui l’ont attrapé n’ont eu aucun mal ni remord à l’exhiber partout à Mutsamudu tout en menaçant d’en faire leur repas si jamais les autorités ne se manifestent pas. Le cœlacanthe, poisson emblématique de plus de 350 millions d’années doit bénéficier d’une protection renforcée puisque tous les chercheurs du monde s’y intéressent. En théorie, toute personne impliquée de loin ou de prêt à une opération qui consiste à l’attraper, le vendre, le mangerrisque environ 3 millions d’amende et jusqu’à 5 ans d’emprisonnement. Mais avant d’en arriver là, il faut une campagne de sensibilisation parce que la majorité des pêcheurs ne connaissent pas ce poisson particulier et avant de le savoir, il s’avère trop tard.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*