Les débats entre candidats n’ont toujours pas eu lieu

Débat

 

Débat

Dans les années 90, une télévision de quartier de Moroni, TV-SHA avait animé pour la première fois dans l’histoire des Comores, un débat télévisé d’ une grande qualité entre deux poids lourd politiques de l’époque, deux anciens Ministres des Finances, Said Ahmed said Ali et Mohamed Said Abdallah Mchangama. Le débat a été animé par Elhad Said Omar, l’actuel Directeur de la publication de la «  Gazette des Comores ». Plus de 20 ans après, l’Organisation des jeunes «  Ngo’shawo » a voulu organiser un débat entre les Candidats à l’élection présidentielle de l’Union des Comores du 21 février et 10 avril 2016. Jamais, les médias publics, notamment l’ORTC n’ont pu organiser des tels débats entre les candidats pour confronter les idées de ceux et celles qui veulent accéder a la magistrature suprême.  Les débats animés par Elhad Said Omar devraient débuter le lundi 8 février 2016 selon le calendrier établi par l’association et l’ordre de passage arrêté par l’association en présence d’un Huissier de justice en la personne de Me Bassam Cheikh le 4 février. Le débat N°1 du 8 février au cours duquel le candidat Mohamed Ali Soilihi devrait passer, n’a pas eu lieu. L’association qui est composé de jeunes bénévoles n’était pas prête. Le débat N°2était prévu ce mardi 9 février 2016  à 19h 00 à  la salle Al camar. La logistique était prête cette fois-ci, les candidats présents à l’ exception de Me Said Larifou. Le public composé de plusieurs jeunes était aussi présent notamment des expatriés. Mais coup de théâtre, le débat a été annulé car le Candidat Fahmi Said Ibrahim a estimé que l’annulation du débat N°1de la veille devrait avoir pour conséquence le décalage de tous les autres débats. Il a réussi à convaincre les autres candidats présents à la salle Al Camar, Said Ahmed Said Ali, Mohamed Ali Dia et Achiraf Said Hachim de ne pas participer au débat.

 

C’est un coup dur donné à une initiative citoyenne des jeunes qui souhaitent participer à l’amélioration de la bonne gouvernance dans ce pays. Dépités, les membres de cette association qui ont passé des semaines à organiser ces débats souhaitent republier un autre calendrier des débats, mais rien n’indique qu’à 9 jours de la fin de la campagne électorale, les candidats seront disponibles pour participer à ce genre de débat. En se basant uniquement sur le non-respect de l’ordre des débats pour imposer leur décalage, le candidat Fahmi Said Ibrahim a sapé une bonne initiative des jeunes qui risque de mourir dans l’œuf. Certes, l’ Association Ngo’Shawo a failli en omettant de rédiger un règlement intérieur pour organiser les débats, mais les candidats présents à la salle Al Camar et leurs supporters ont déçu par leur arrogance et leur refus de trouver un compromis sur une question organisationnelle et d’ordre de passage des candidats. Un mauvais signal donné à cette jeunesse qui croit de moins en moins aux hommes politiques de ce pays.

 

http://comoresdroit.centerblog.net

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*