Les députés comoriens appellent à un boycott de la fête nationale française le 14 juillet

En réponse à la situation préoccupante à Mayotte où des centaines de familles comoriennes sont chassées de leurs domiciles, les députés comoriens appellent à un boycott de la fête nationale française le 14 juillet. L’information a été révélée samedi lors d’une conférence de presse tenue par les parlementaires qui ont déclaré qu’il n’y aurait « pas de travaux dans les prochaines sessions tant que le règlement intérieur ne sera pas adopté ».
deputé
Une semaine après la fermeture de la session parlementaire d’avril, qui a conduit à l’adoption d’une résolution sur la situation à Mayotte, un groupe de parlementaires qui se proclame « majoritaire », appelle à « un boycotte » de la fête nationale française, qui donne lieu tous les ans, à des festivités organisées par l’ambassade de France aux Comores.

« Cette décision est un beau signe de solidarité », a dit Tocha Djohar, leader du mouvement Narawaze, pour qui il est important de « montrer à nos frères qui se trouvent à Mayotte que nous pensons à eux. Ça sera un 1<sup>er</sup> acte loyal après 40 ans d’indépendance. Toute personne qui se rendra à la cérémonie aura clairement trahi sa patrie », a-t-il ajouté.

Cet ex-suppléant de Fahmi Said Ibrahim, s’est exprimé ainsi, en tant que député, lors d’une conférence de presse tenue au Parlement samedi matin, accompagnés de 5 autres élus issus d’un groupe qui s’est proclamé désormais « majorité parlementaire ».
<p>Pour le député Ali Mhadji de la CRC, lors de la prochaine session, « le règlement intérieur restera prioritaire par rapport à tout travail ». Il sera aussitôt appuyé par son collègue, Mohamed Msaidié du Juwa, pour qui le renouvellement du bureau de l’Assemblée est primordial : « Nous ne pouvons pas rester sans bureau».

Tous disent regretter l’interprétation faite de la loi par le président de l’Assemblée nationale : « Personne ne se peut prétendre traduire les textes comme il le veut », a déploré Mhadji qui exhorte Abdou Ousseine, président de l’Assemblée, à présenter ses excuses à la population au vu des propos qu’il a tenus lors de sa dernière intervention face à la presse. « Un élu de la nation doit se montrer digne de sa fonction. Ce que le président a dit est un signe de complexe d’infériorité », a dit le député Oumori de RDC.

Ibnou M. Abdou/LGDC

3 commentaires sur Les députés comoriens appellent à un boycott de la fête nationale française le 14 juillet

  1. je tiens particuliérement à apporter un rectification sur les propos tenus par nos élus ( les députés).il m’apparait un peu ridicule et stupide d’entendre parler de boyicotter la fête nationale française le 14 juillet 2016, en prétendant trouver une solution sociale à la situation dramatique à Mayotte.En tant, Franco- Comorien, je voulais rappeler que le peuple comorien fête tous les 6 juillet tranquillement, personne ne les a jamais boyicotter.et même les autorité françaises étaient présent; Arretons ces messages de haine et de provocation envers ces 2 peuples qui sont unis par des liens fort depuis que le monde est monde.nos députés doivent aller sur place discuter avec les autorités françaises , pour enfin trouver un terrain d’entente .Toute probleme à une solution.Respectons la France; et Respectons les Comores. Un respect mutuel.moi; Franco- Comorien je serais à cette fete nationale française car je suis invité.je suis à la fete du 6 juillet.Aprés tout c »est la fete de la france, si tu ne pas invité , tu ne pas aller.Amicalement.

  2. C’est pas votre fete le 14 juillet, on dirait que les députés comoriens ont fumé du chimique. Cette fete appartient au français de Mayotte, pour rappel, les pompiers mahorais défileront dans les champs Élysées. Vous êtes invités a les suivre dans les télé.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*