Les expulsions sauvages continuent ce week-end à Mayotte

La chasse des comoriens à Mayotte s’est poursuivie ce week-end.
Les week-end se suivent et se ressemblent dans les différents villes et villages de Mayotte. La population mahoraise continue à expulser les Comoriens de chez eux sans l’intervention des forces de l’ordre.

image

Le samedi a eu lieu à M’tsahara dans le nord de l’île des opérations sauvages d’expulsions des Comoriens en situation régulière. Les habitants de ce village se sont retrouvés massivement dès le matin dans les rues pour sillonner tous les quartiers et procéder aux expulsions des Comoriens, une véritable chasse à l’homme et du racisme sans précédent.

Les Comoriens sur place ont peur, plusieurs d’entre eux quittent leurs maisons par d’être maltraité par les villageois racistes. La police et la gendarmerie n’ont pas été vues sur le terrain.

image

Comme le rapporte plusieurs médias mahorais la plupart des expulsés se retrouvent au bord de la route nationale avec leurs affaires en attendant de trouver une solution, ils vont sûrement dormir dehors. Considérés et traités comme des animaux, certains parmi eux, ont affirmé qu’ils envisagent de rentrer caux Comores d’après un témoin Comores infos.

Pour ce dimanche, les expulsions sauvages et racistes continuent à Chiconi par la populaton villageoise de cette localité. La préfecture n’a toujours pas réagi pour stopper cette chasse raciste.

1 commentaire sur Les expulsions sauvages continuent ce week-end à Mayotte

  1. Mes chers compatriotes Maorais , où Mayottais, vos sœurs et vos frères de sang issus des autres îles ne sont et ne seront jamais vos ennemis . Vous vous trompez de cible ! votre seul ennemie n’est autre que l’impérialisme Français qui depuis tant d’années sème la zizanie entre nous pour mieux régner. Que serez vous sans vos familles des autres îles ?
    Laissons ses querelles de rien du tout , soyons unis et solidaire , bâtissons nous un mon de meilleur. Le temps est venu de croire que çela est possible. Vive les Comores !

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*