Les intimidations continuent contre Ahmed KELDI

Le sentiment d’indignation, moteur du plus grand nombre dans notre pays, est devenu problématique voir difficile à faire valoir. En effet, l’indignation ne remplit plus sa fonction essentielle de mobilisation. Pour l’expliquer, le cas Ahmed KELDI avec l’affaire Makcom interpelle de plus en plus de jeunes,  de femmes,  de je viens,  la population et même certaines personnes du palais de justice de Moroni.

Avec la résistance et la détermination farouche qu’affiche ce jeune connu de tous par sa droiture dont nombreux qualifient de « courageux et intègre », facilite voir même permet à certaines sources de dénoncer un réseau au sein de la Justice comorienne.  D’après quelques témoins qui souhaitent garder l’anonymat, Une personne de la Cour Suprême passant par d’autres du tribunal de Moroni pour arriver au Procureur de la République en personne s’impliquent personnellement sachant que le droit est piétiné dans L’unique but de satisfaire leur pouvoir et donc leurs egos.

Ainsi la mission voir la demande de la cliente doit être remplie quitte à ridiculiser l’institution judiciaire voir même à faire passer le chef de l’État de chef de bande. Il est à souligner,  que ce matin selon nos sources, un gendarme de la brigade de recherche de Moroni (Mr Abdallah Said) s’est présenté devant Ahmed KELDI pour l’intimider et lui faire passer un message personnel du Procureur.

D’après les témoins,  Ahmed KELDI aurait fait observer au gendarme en question que se présenter en tenu officiel pour faire passer un message privé,  cela vaut une intimidation et abus de positionnement voir de pouvoir.  Et de rajouter toujours en direction du gendarme qu’il ne comprenait pas le comportement du Procureur car non seulement il ne donne pas suite aux plaintes déposées par sa personne contre Mme Sitti Djaouharia  mais en plus on l’intimide.

Aujourd’hui tout le monde se pose des questions à savoir :Comment cette dame  qui a falsifié + 45 pièces,  qui n’a jamais établie le moindre bilan,  qui a imité la signature du Greffier ainsi que tant d’autres,  que le Procureur Général a ordonné son  renvoie en correctionnel, puisse devenir la protégée de la Justice contre la victime en la personne d’Ahmed KELDI ?  Qui est responsable de ces abus à répétition envers ce jeune ?  Est-ce Mme Sitti Djaouharia ou ce réseau au sein de la Justice voir l’état ? Ou comptent ils s’arrêter ? Qu’attendent le Ministre de la Justice,  Les responsables politiques,  la population et les juges de notre pays ? A force de jouer avec le feu,  les conséquences seront lourdes à porter et qu’Il est temps que justice soit rendue.

1 commentaire sur Les intimidations continuent contre Ahmed KELDI

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*