En ce moment

Les militaires se retirent peu à peu à Ntsudjeni mais promettent de revenir lorsqu’ils oseront manifester

C’était prévisible. Le bombardement par des balles réelles tirées en l’air hier et les les lacrymogènes utilisés à Ntsudjini hier avaient pour but de terroriser cette ville qui demeure une des celles qui résistent à la dictature du régime en place. Ce matin l’on a appris que les forces de l’ordre commençaient à se retirer à l’intérieur de la ville à partir de 10h.

Selon plusieurs témoignages, l’armée aurait lancé l’ultimatum suivant : « si vous manifestez encore, nous reviendrons et nous nous installerons pendant 5 jours », auraient promis les militaires qui étaient sur place, précisant également que c’était l’ordre qu’ils ont reçu par leurs supérieurs

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*