Les Oulémas Comoriens appelent à un Dialogue National

Déclaration Générale à la Population
Louange à Allah, Seigneur de l’Univers et paix et bénédiction soient sur le Prophète Mouhammad (S.A.W).
La Ligue Islamique de Bienfaisance (Rabita Hayiriya Al-Islamiya), une organisation de la société civile regroupant les oulémas comoriens, exprime son inquiétude et sa prudence sur les conséquences néfastes pouvant découler des évènements politiques actuels. Elle suit avec angoisse l’contrôlabilité des actions, politiques, sociales et sécuritaire ainsi qu’à la dégradation de la solidité de l’unité et de l’intégrité nationale, et ce à cause des évènements suivants :

1- L’augmentation du gap des divergences entre les couches politiques, au niveau du gouvernement et de l’opposition, et le blocage des horizons de contact et du dialogue entre les deux parties.

2- Diffusion d’un langage de sectarisme insulaire (appartenance locale ou à une île), au détriment du renforcement de l’appartenance nationale unificatrice. D’autres se présentent comme des citoyens différents des autres et appartenant à des « ethnies » différentes.

3- Sortie d’un groupe de jeune le dimanche 8/7/2018 dans une manifestation sous forme de milices rebelles brandissant leurs armes blanches, dans certaines rues de la capitale Moroni, menaçant les autorités et les agents de sécurités et de l’ordre public.

4- Organisation, suite à cet évènement, d’une conférence de presse présidée par un responsable, qui, à travers ses propos, a mis l’huile sur le feu, en dépassant les limites de la politesse et de l’élégance et dépourvu de sagesse et les compétences exigées à des personnes détenant de ces types de hautes responsabilités.

5- La mise en place d’une langage politique incitatrice par certains responsables qui dénigre en permanence les oulémas sans raison aucune, et qui vise à causer la divergence entre les oulémas et les notables surtout, malgré le fait que les oulémas ont toujours mené une approche de juste milieu et apaisée et ne cessent d’insister sur leur disponibilité à appuyer la ligne religieuse qui sera légiférée par le gouvernement dans le future, tant que son objectif est d’unifier la population et se conformer aux principes des sciences religieuses et de la sagesse historique de notre pays.
Sur ce, nous, la Ligue Islamique de Bienfaisance, représentant les oulémas comoriens ; se basant sur leur grande responsabilité devant Dieu puis devant le peuple et l’histoire et ; se conformant à leurs efforts connus depuis longtemps de réconcilier entre les différends et de renforcer la paix et la sécurité morale nationale, en voulant obtenir la miséricorde divine :

1- Appelons toutes les parties concernées à mettre fin à la violence verbale actuelle et au discours de menace et de défis, et à éviter tout ce qui peut mettre en danger la sécurité morale et la paix nationale de la société.

2- Appelons également à toutes les parties de laisser les paroles incitatrices qui sont en dehors de la noblesse de nos caractères, ou les paroles qui dénigrent les hauts responsables de l’état et nous appelons à les respecter. Nous appelons également à respecter le peuple comorien et à respecter ses acquis scientifiques et culturelles authentiques, et à cesser à la méthode incitatrice dénigrant les oulémas. Nous encourageons les responsables à protéger les leaderships socioreligieux, qui sont naturellement respectés, qui représentent les recours sécurisés durant les divergences.

3- Exhortons les autorités actuelles à attribuer le discours religieux et de prédication aux oulémas spécialisés, et laisser au leadership politique les sujets politiques, économiques, d’investissement et de développement qui préoccupent le peuple et ses besoins quotidiens ;

4- Encourageons les orateurs de toutes les parties d’éviter la classification ou la discrimination entre les citoyens sur une base insulaire et nous leur appelons à se conformer aux valeurs démocratiques et aux principes de l’état de droit connus au niveau mondial.

5- Appelons les parties prenantes de la crise actuelle à s’asseoir autour d’une table de dialogue nationale rassemblant les forces vives de la nation de tous les niveaux politiques, spirituelles, sociales, et léguer le jugement sur les échéances électorales à des institutions constitutionnelles dotées obligatoirement d’une légalité juridique et éthique.

6- Mettons en garde les responsables politiques et ceux qui détiennent les tribunes oratoires de toucher aux bases nationales encrés dans les sujets politiques qui sont : l’Islam, la foi d’Ahl Sunnat, le Rite Chafiite, l’unité de l’état du territoire, de la population et de l’intégrité des quatre îles, de la paix sociale et de la cohésion sociale.

7- Exprimons note disponibilité à méditer entre les parties prenantes, s’ils expriment leurs disponibilités et acceptent cela, pour éviter les problèmes, rassembler les différends et applique la parole de Dieu dans le coran qui dit : « Je ne veux qu’améliorer (les choses) autant que je peux, et ma réussite ne dépends que d’Allah à qui je m’en remets et auprès de qui je me repens. » (Surat Hud aya 88).

Fait à Moroni, le 8 Dhulkanda 1439 Hégire, correspondant au 21/07/2018.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*