Les partis Juwa et PEC mettent à l’épreuve la haute juridiction

Le parti Juwa et le PEC ont déposé à la Cour constitutionnelle, hier lundi, un « mémorandum sur l’éligibilité de tout Comorien sans discrimination insulaire ». Les deux partis ont annoncé avoir recueilli 80.000 signatures pour une candidature de Sambi aux présidentielles 2016.

image

Le parti Juwa et ses alliés ont saisi la Cour constitutionnelle sur l’éligibilité de l’ancien chef de l’Etat Ahmed Abdallah Sambi désireux de se porter candidat à la prochaine présidence tournante en principe devant échoir à Ngazidja, faute de l’île comorienne de Mayotte. La démarche vise à mettre la pression sur la Cour dont le verdict est très attendu.

« C’est un premier pas, a indiqué le député Ibrahim Mohamed Soulé, secrétaire général du Juwa », qui a estimé que le message était « reçu ».

Dans un point de presse après avoir été au siège de la Cour, le député Fahmi Said Ibrahim chef du PEC, défenseur de l’éligibilité de Sambi, oppose deux écoles entre des légalistes et des sécessionnistes.

« Nous demandons à la Cour si elle croit à un pays formant une nation unie et un même peuple ou si elle croit à un pays éclaté dont l’insularité domine », a-t-il dit.

Quant au député Mohamed Bacar Dossar, il a mis garde les juges constitutionnels, les exhortant à ne faillir, cette fois, à leur responsabilité en se déclarant incompétente sur cette question.

Maoulida Mbaé / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*