Les partis politiques Comoriens sont en ébullition

wpid-fb_img_1462109080844.jpg

Avec la perspective de la disparition de plusieurs formations politiques du paysage politique du pays, les formations connaissent plusieurs chamboulements internes. Le parti Radhi de Houmed Msaidié et d’Abdou Souef risque l’implosion depuis que le second fait les yeux doux au régime actuel. Abdou Souef a en effet déclaré que les retrouvailles avec Azali étaient possibles. Cette déclaration a eu le don d’irrité Houmed Msaidié au point que l’on parle de scission ou d’exclusion. Pour le Rdc,  la guerre oppose le parti et son secrétaire général Djaé Ahamada Chanfi. Ce dernier occupe actuellement l’espace médiatique en faisant savoir que l’ancien gouverneur Mouigni Baraka, le député Oumouri Mmadi Hassani, Raoul Delapeyre et d’autres cadres manœuvraient pour l’évincer du parti.

Pour lui, Oumouri n’avait pas la légitimité de réunir le conseil national du parti pour mettre fin à sa mission puisqu’il n’est même pas détenteur de la carte d’adhésion. Le parti de son côté prend position en expliquant que l’ancien député Djaé ne s’acquittait pas de ses cotisations mensuelles contrairement aux autres. Ambiance ! Dans le parti de Chuma, nous avons repéré dernièrement son vice-président en compagnie de Mamadou et de Msaidié dans une rencontre qui réunissait pratiquement l’opposition à l’hôtel Rétaj. Le début d’une guerre ? L’avenir nous le dira ! Les autres formations comme Crc et Juwa ne seraient pas épargnées non plus.

A.Athoumane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*