Les personnalités qui ont marqué l’année 2016 pour Comores Infos : Ali Zamir, l’écrivain de l’année

Dans le cadre d’une série d’articles sur les personnalités et événements majeurs qui ont accompagné l’année 2016, aujourd’hui, la rédaction de votre site d’actualité se penche  sur l’écrivain de l’année.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Positivement : Ali Zamir

Ali Zamir a réussi à marquer l’année Comorienne, mais également celle du monde de la littérature francophone. Il a fait une entrée fracassante  dans ce monde très sélectif avec son premier œuvre intitulé « Anguille sous roche ». Cet ouvrage qui retrace les péripéties d’une naufragée en mer sans aucune assistance, a ému tous ceux qui ont eu le plaisir de le lire. En plus d’un scénario à couper le souffle aussi bien pour les profanes que pour les amateurs, ce roman est écrit en une seule phrase du début à la fin. Zamir tel un ovni, a raflé d’entrée le prix Senghor 2016 qui honore l’œuvre littéraire de l’année. Outre ce prix, l’auteur Comorien a gagné le prix littéraire Mandela et a également obtenu ne mention spéciale du prix Webler.

Au total, « Anguille sous roche » a été nominée dans une dizaine de cérémonie et a fait de ce jeune Comorien, le port étendard de l’avenir de la littérature française. Introverti et timide, Ali Zamir a dû passer de l’ombre à la lumière et a su se dépasser pour assurer les innombrables sollicitations qui ont accompagné la sortie de son livre aux éditions La Tripode. Dans une des nombreuses interviews que l’équipe de Zamir a accordées aux organes de presse métropolitains, l’éditeur s’est dit étonné que ce roman n’ait pas eu à sortir bien avant. Preuve de l’engouement que ce livre a suscité chez les lecteurs, après une demande de visa rejetée, la toile et le monde de la littérature a du prendre position pour mettre la pression sur la France afin que ce visa soit délivré dans le but de permettre à l’auteur d’aller à la rencontre de ses lecteurs devenus de fil en aiguilles assez nombreux.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*