En ce moment

Les personnels médicaux de l’hôpital de Samba chassés de leurs hôtels

L’ETAT MAUVAIS PAYEUR OFFRE LE LUXE AU PERSONNEL DE SAMBA, ET PLUS DE DETTE AUX CITOYENS.

Les personnels médicaux de l’hôpital de Samba chassés de leurs hôtels, sont montés en étoile.

Le personnel médical de l’hôpital de Samba est logé depuis 2 mois aux hôtels La Grillade et Les Arcades. Ceci afin de protéger leurs familles de risques de contamination de la COVID 19.
Avant hier matin au réveil, ceux de la Grillade ont constaté que leurs chambres n’avaient ni courant électrique, ni eau courante. Le petit déjeuner ne leur fût pas servi. Interrogé le personnel de l’hôtel répondit que c’est sur instructions de la direction.
Il apparaît que depuis 2 mois, l’état n’a jamais rien payé des frais d’hôtel.
Les services financiers responsables interpellés ont réagi comme si les hôteliers avaient mis en cause l’authenticité des mariages coutumiers de leurs grands pères.

Ils ont senti leur honneur coupé (wapulwa kwiyi). Demander de l’argent en période de couvre feu et de distanciation ! Comment remettre de l’argent qu’on doit à quelqu’un qui doit être au minimum à un mètre de vous. Les pauvres hôteliers n’ont pas de bras longs mécaniques.

Pour se venger de l’affront, aucune négociation n’a eu lieu avec les pauvres hôteliers qui, pendant 2 mois, ont logé, nourri, lavé le linge, et donc, encouru des frais considérables. Aussi vite qu’on écrit un arrêté oublié le lendemain, 2 cars ont été envoyés aux hôtels chercher le personnel médical pour les loger à l’hôtel le Retaj.
Qui peut le moins peut le plus. Qui peut zéro franc, peut offrir un hôtel encore plus coûteux, et une ardoise supplémentaire aux citoyens qui seront toujours les payeurs.

Qui osera dire que des hôteliers à qui l’état ne paie pas les factures, deviennent des mendiants incapables de payers des impôts et les salaires de leur personnel ?

HaYba FM la Radio Moronienne du Monde

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*