Les transferts d’argent de la diaspora, un appui de développement pour les Comores

 L’une des plus  grandes inégalités dans  le  monde actuel  reste le  pays dans  lequel  on  nait . Le développement  économique extrêmement inégal d’une  région à  l’autre de la  planète combiné à  la  croissance  démographique  et  aux  crises  politiques est  à l’origine de  la  migration mondialisée .

Aux  Comores ,les  envois  de  fonds représentent la  première  source d’entrée de  devises  loin devant l’aide  publique  au  développement . Selon  une étude de la BAD  et de  l’AFD datant de  2013, le  montant  des fonds  rapatriés  aux  Comores  est  estimé  93  millions d’euros soit  26  pour  cent  du  PIB  de  l’Union  des  Comores . Seulement   13 pour cent  de  ces  fonds  envoyés par  les  migrants   aux  Comores sont  destinés à  l’investissement et  à  l’  épargne . C’est très peu  comparativement  aux autres  migrants  chinois , indiens ou  mexicains . Nous  tenons  à  rappeler que  les  grands  pays  destinataires des  envois de  fonds par  leurs  émigrés  sont  l’  Inde (70  milliards )  ,la  chine  (64  milliards)  , les  Philippines  (28  milliards)  et  le  Mexique  (  25  milliards). Depuis  les  années  1990 les  autorités  de  ces  pays  ont  mis  en  place  des  politiques  de  développement  en  s’appuyant  sur  les  transferts  de  fonds   ,  en  s’attachant  à  soutenir  les  initiatives  des  migrants . Pour  le  cas  des  Comores  ,l’  économie  de  l’archipel  est  en  effet  soutenue  par  l’importance  des  transferts  de  ses  migrants  avec  une  diaspora  comorienne   établie  à  99  pour  cent  en  France .  

Ces  transferts  représentent  aussi  une  manne  financière pour  le  pays  et  tout  spécialement  pour  l’ile  de  la  Grande  -Comore   marquée  par  une  forte  mobilité  géographique . Cette  masse  monétaire peut être des  leviers  de  croissance  de  l’  économie  locale  à  condition  que  les  nouvelles  autorités aux  manettes  du  pays  accompagnent ces migrants  pour  la  mise en  œuvre des divers  projets d’investissement . La  relance  de l’ économie comorienne doit  s’articuler  autour  des  trois  priorités à  savoir la  réfection du réseau  routier , portuaire et  aéroportuaire qui   sont  des  atouts indispensables    pour attirer des éventuels investisseurs ,ensuite chercher une  issue rapide et pérenne  sur la  crise  énergétique qui  plombe  depuis longtemps  l’activité  économique du  pays.

Enfin le  délabrement du  réseau téléphonique  et  le  faible  pouvoir  d’achat des  agents  de l’Etat peuvent  constituer  un  obstacle  supplémentaire  de dissuasion des  migrants de  la  diaspora qui  auraient   souhaité rentrer  définitivement au  pays  pour  s’installer en  tant  qu’auto-entrepreneur  . IL  serait utile si  l’actuel  gouvernement organise  des séminaires d’échanges  qui regroupera  les banques locales ,  les  représentants de la  diaspora,  et  les  acteurs  économiques  pour  déblayer les  voies et  les  moyens  pour  orienter ces  transferts  de fond sur  nombre de domaines  économiques .  Aujourd’hui les  migrants venus  des  pays  du  sud  contribuent de  manière  active aux  économies des  pays  en développement à  titre d’exemple en  2014 , les  envois des  fonds vers  les  pays  en  développement  ont  atteint  436  milliards  de  dollars  .

Nous  pensons  que  l’apport  financier de  la  diaspora  comorienne, et  le  développement du  tourisme avec  des  prix  des  billets moins  chers sont  deux principaux atouts  non  négligeables  pour  booster cette  économie insulaire  touchée par  ce  ralentissement  ambiant  de  longue  durée .

Mohamed IBRAHIM MIHIDJAY

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*