En ce moment

Les travaux des experts prennent fin ce matin à Kampala

Après trois jours de débats, les experts et délégués des 54 douanes africaines ont passé en revue l’ensemble des activités réalisées ou en cours de réalisation après la 10ème réunion organisée à Moroni en septembre 2018. Le directeur général des douanes comoriennes, Souef Kamalidini, président en exercice du Sous-Comité, devrait présenter le rapport final ce matin à ses homologues du continent avant la cérémonie officielle en présence du président ougandais Yoweri Museveni.

Les travaux techniques des experts des douanes africaines devraient prendre fin ce jeudi 19 septembre à Kampala après trois jours de débats sur la mise en œuvre des recommandations de la 11eme réunion du Sous-comité des directeurs généraux des douanes de l’Union africaine (Scdgdua) organisée à Moroni l’année dernière.

Des délégués et experts des douanes du continent se retrouvent depuis le lundi 16 septembre dans la capitale ougandaise en présence des délégués de l’Union africaine, des représentants des communautés économiques régionales (Cer) et d’autres points focaux des organisations internationales partenaires des douanes. Les travaux sont présidés par Souef Kamalidini, représenté par l’ambassadeur Ahamada Hamadi.

Six rapports techniques présentés par Moroni

Les Comores ont été représentées aux travaux techniques par Mme Djamila Radjabou, chef du service des relations extérieures et Abdou Raouf Afraitane, conseiller en charge de l’intégration régionale à la douane comorienne. Les deux délégués ont présenté six rapports de différentes réunions techniques organisées depuis septembre 2018 à nos jours.

Les débats s’étaient focalisés sur l’examen des rapports techniques. Les participants (environ 54 délégués représentant 54 Etats) examinent de nombreux rapports techniques sur l’accélération du commerce intra-africain et la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Les participants évaluent les avancées enregistrées en matière de facilitation des échanges notamment, le transit en douane, la mise en place d’un observatoire du commerce en Afrique, la coopération douaniere, les systèmes d’inter connectivité des procédures de dédouanement des marchandises, la lutte contre la corruption en milieu douanier, le partenariat avec les organisations partenaires, entre autres.

La présidence comorienne a soumis et défendu une proposition visant à lutter contre la corruption en milieu douanier. Les Comores ont aussi présenté la stratégie sur la facilitation des échanges en Afrique, laquelle stratégie a été adoptée par les ministres du commerce de l’Union africaine en février 2019. Il s’agit de deux actions jugées prioritaires par les douanes du continent

« C’est une avancée majeure dans notre volonté d’aller vers une Afrique intégrée », a souligné hier le chef de division de la coopération douaniere au département Commerce et Industrie de la Commission de l’Union africaine, Ali Ibouroi, qui a félicité les efforts de la présidence comorienne. «La délégation du Sénégal félicite la présidence comorienne pour avoir dirigé les travaux avec perspicacité, rigueur et convivialité », a souligné, de son côté, Moctar Kettani Doucoure, le coordonnateur de la direction générale des douanes du Sénégal.

Les recommandations des experts seront présentées lors de la réunion officielle des directeurs généraux des douanes prévues ce jeudi 19 septembre. Le directeur général des douanes comoriennes, Souef Kamalidini, président en exercice du Sous-Comité devrait présenter le rapport final à ses homologues du continent avant la cérémonie officielle en présence du président ougandais Yoweri Museveni.

Au-delà de la volonté d’aller vite pour accélérer le commerce intra-africain, les pays du continent doivent résoudre de nombreux défis dont l’harmonisation des lois et autres protocoles relatifs au commerce en Afrique. Les dirigeants du continent souhaitent aller vers l’élimination des barrières douanières, une des conditions pour pouvoir intensifier les échanges entre les pays africains et aller vers l’élimination de l’extrême pauvreté, d’après de nombreuses études.

A.S. Kemba, depuis Kampala / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*