Expulsions sauvages à Mayotte: L’Etat comorien persiste dans son silence

L’Etat comorien persiste dans son silence et ne semble pas avoir pris la moindre initiative visible face à cette crise nationale.

Journal TV Mayotte 1ère d’hier : mise en avant de l’exaspération des vendeuses du marché de la place de la république à Mamaoudzou contre les délogés qui les perturberaient dans leurs commerces. Les images montraient que l’affrontement n’est pas bien loin. Car les délogés n’acceptent plus de subir passivement. Le Collectif de soutien est intervenu (Mohamed Nabhane) pour tenter de calmer les esprits et proposer une solution de déplacement du camp sauvage de la place de la honte française à Maore.

France24 a consacré son émission focus de ce matin à Maore , évoquant en passant l’appartenance à l’archipel des Comores de l’île mais soulignant la « sous-france » de Maore. Youssoufa (professeur originaire de Washili mais vivant à Maore) du Collectif de soutien a dénoncé la politique française qui vise des boucs émissaires pour faire l’impasse sur la faillite de la départementalisation.

Les journaux comoriens (ORTC, ALWATWAN et LAGAZETTE) n’ont pas évoqué la question !!!?????

Les contributions à la Maison de l’emploi pour soutenir matériellement les délogés ont du mal à démarrer

A Mayotte des associations musulmanes de soutien aux démunis distribuent des aides alimentaires qui ignorent les délogés.

Nous, les en-bas-de-en-bas sommes réduits à une impuissance affligeante par la conjonction de l’irresponsabilité des dirigeants du pays et le pessimisme ambiant qui mène la plupart des citoyens à de la passivité, aux seules lamentations sur les places publiques.

NARIDJUHE

Mohamed Idriss

2 commentaires sur Expulsions sauvages à Mayotte: L’Etat comorien persiste dans son silence

  1. Depuis l’indépendance en 1975, nous avons toujours eu des incapables dans le domaine diplomatique.Je pense que La solution à la crise de Mayotte n’est que diplomatique. Il faut donc que nos responsables politiques osent. Pendant la crise de Madagascar, Ali Soilih a affrété Air SABENA pour transporter ses ressortissants dans leur pays d’origine. Aujourd’hui la situation n’est pas semblable car ces sont des comoriens qu’on interdit de séjourner aux Comores.Entre deux pays amis comme on dit, on peut très bien s’entendre?

    • Bien vu Badaoui, il faut que nos hommes politiques essayent de prendre du poils de la bête, car c’est bien beau de se faire mettre des colliers pendant la campagne électorale et de ne pas se montrer à la hauteur de la tache et la plupart de nos dirigeants se contentent de bien manger avec leur famille, ne pas manquer de rien et tant pis pour le reste des comoriens. C’est hallucinant.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*