L’Etat japonais bientôt à l’arrêt, faute d’argent?

Le Premier ministre Yoshihiko Noda, flanqué de son ministre de l'Economie, Seiji Maehara, le 29 octobre à Tokyo. REUTERS/Issei Kato
Le Premier ministre Yoshihiko Noda, flanqué de son ministre de l’Economie, Seiji Maehara, le 29 octobre à Tokyo.
REUTERS/Issei Kato

Le Japon est dans une impasse budgétaire qui menace son économie. Le Premier ministre Yoshihiko Noda avertit aujourd’hui que l’Etat pourrait cesser de fonctionner d’ici la fin novembre, faute de financement. Et cela, si l’opposition continue d’empêcher l’adoption d’une loi autorisant le gouvernement à émettre l’équivalent de 480 milliards de dollars de nouvelles obligations pour couvrir plus de 40% du budget d’avril 2012 à mars 2013.

Si le gouvernement du Premier ministre Yoshihiko Noda ne parvient pas à persuader l’opposition d’émettre de nouvelles obligations d’Etat, le Japon risque de se retrouver en cessation de paiement d’ici la fin novembre 2012. Déjà, pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des dépenses au profit des universités et des collectivités locales ont été différées.

L’opposition refuse d’autoriser l’émission de nouvelles obligations d’Etat tant que le gouvernement n’aura pas annoncé la date de prochaines élections législatives anticipées. Depuis quatre ans, le Japon finance plus de la moitié de son budget annuel en émettant de nouvelles obligations. Sa dette publique, 235 % du PIB, est la plus élevée de tous les pays industrialisés.

Pour le moment, le Japon ne doit rien ou presque au monde extérieur, mais d’ici trois ans son épargne ne suffira plus à financer sa dette publique. Le gouvernement doit sortir de son impasse budgétaire car l’économie japonaise, centrée sur les exportations, risque à tout moment de retomber en récession.

RFI

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*