Lettre ouverte aux autorités comoriennes sur les ordures ménagères à Moroni

Mr Saïd Hamidou ALLAOUI
8 rue des Bienvenus
69100 Villeurbanne Villeurbanne, le 08 août 2012
Tél. : 06 05 63 13 11
Mail : saidh.allaoui@free.fr

Objet : Lettre ouverte à Mr Ikililou Dhoinine,  Président de l’Union des Comores, Mr Mouigni Baraka Saïd Soilih, Gouverneur de l’île de Ngazidja, Mr Mahamoud Fakridine, Maire de la ville de Moroni,Monsieur le Président de l’Union,
Messieurs, »Gouverner c’est prévoir » disait Emile Girardin

Par protocole d’accord signé entre votre gouvernement, le gouvernorat de Ngazidja et la mairie de Moroni, vous avez fermé définitivement la décharge d’Itsambouni sans vous assurer qu’un site de substitution était déjà opérationnel.
Par cet acte, les ordures ménagères ne sont pas ramassées et jonchent les rues et les marchés de notre capitale.
Par cet acte, vous mettez en danger la santé de vos concitoyens particulièrement ce mois sacré de ramadan où l’organisme est très sensible aux attaques microbiennes et où notre capitale Moroni est sur fréquentée.
Après le risque épidémique dû aux intempéries d’avril dernier, le comorien est confronté à un autre risque d’épidémie dû, cette fois-ci, à l’incompétence de ses gouvernants.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Comment avez-vous pu fermer la décharge d’Itsambouni sans vous assurer que le site d’Itsoundzou (ou un autre d’ailleurs) était fin prêt pour accueillir les ordures ménagères ?

Comment se fait-il qu’une telle situation de crise ne constitue pas en soi un motif pour former une cellule de crise, afin de résoudre rapidement et définitivement le problème des ordures ménagères de la capitale et des autres grandes villes de notre pays ?

Est-il normal, Monsieur le Président – Docteur Ikililou Dhoinine, que pendant que les citoyens sont en train de courir le risque d’attraper des maladies en faisant leurs courses du mois de Ramadan, les hauts dignitaires de l’Etat passent leurs temps dans les lieux de prêches au lieu de se préoccuper du bien-être de leurs administrés ?

Monsieur le Président, vous avez le devoir de protéger votre pays et par la même occasion vos concitoyens. Je vous demande donc de bien vouloir prendre vos responsabilités.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de l’Union des Comores, Monsieur le Gouverneur, Monsieur le Maire de la ville de Moroni, l’expression de mon plus profond respect.

Saïd Hamidou ALLAOUI

Citoyen comorien à
Villeurbanne (France)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*