L’ex vice-président Mamadou sous contrôle judiciaire

Selon des sources confidentielles du palais de justice, Mohamed Ali Soilihi a échappé de peu au mandat de dépôt. Le juge d’instruction aurait décidé ainsi, mais…

L’ancien vice-président Mohamed Ali Soilihi est laissé libre malgré une notification du juge d’instruction le plaçant en mandat de dépôt.

Ce matin du 5 juillet, l’ancien argentier de l’Etat, visé par l’enquête judiciaire sur la gestion des fonds de la citoyenneté économique, s’est présenté devant le juge d’instruction, après une première audition qui a duré toute la journée, hier. Le juge d’instruction a notifié à Mohamed Ali Soilihi, alias Mamadou un placement en mandat de dépôt, selon des sources confidentielles proches du dossier.

Alors qu’il se trouvait dans le bureau du juge, au rez-de-chaussée, le procureur de la république s’est présenté en personne pour le faire sortir. Aussitôt, on a constaté qu’il a été conduit par une escorte policière jusqu’à sa voiture particulière, garée devant les escaliers de l’entrée principale du palais de justice.

Hier, ont eu lieu des échanges informels à la présidence au sujet de la campagne dans la région de Hamahamet. Des militants ont fait savoir que si Mamadou était mis en détention, la région, qui est son fief, risquerait de devenir inhospitalière pour les partisans du régime.

Aux dernières nouvelles, une autre source parle de requalification. Mamadou est finalement sous contrôle judiciaire. Le mandat de dépôt du juge d’instruction est mis au placard. Du moins pour l’instant.

Masiwa Komori

2 commentaires sur L’ex vice-président Mamadou sous contrôle judiciaire

  1. Vous êtes tous des cons ! les gens très riches ne font pas de prison ; ils arrivent toujours à échapper à la justice dans les autres pays encore plus aux Comores où l’exception est la règle et la règle l’exception. Comme tous les élus et politiciens qui ont dirigés ce pays sont ou ont été des voleurs (Azali, Mamadou, Sambi, Ikililou, Kiki, Mougni Baraka, etc) qui va emprisonné qui ?

  2. Entre l’injustice et les désordres que faut il choisir: à méditer pour nos jeunes candidats pour le baccalauréat, à propos du gouvernement du Président Azali.

Répondre à ahmed omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*