L’exécutif de Ngazidja pointe du doigt le taux de participation de 63%

L’exécutif de Ngazidja a tenu une conférence de presse hier, mardi 31 juillet à Ngazi Ngome pour informer l’opinion de sa position après le référendum du 30 juillet. Les conférenciers ont, à l’unanimité, rejeté les chiffres du ministre de l’Intérieur et surtout le taux de participation de 63% annoncé avant-hier. Ngazi Ngome condamne par ailleurs, avec fermeté, l’agression du gendarme Ali Radjabou alias Abidhar au quartier Sanfil. Il s’agit d’«un acte indigne qui est contraire à la quiétude légendaire qui caractérise le pays»

L’exécutif de Ngazidja a tenu une conférence de presse hier, mardi 31 juillet à Ngazi Ngome pour informer l’opinion de sa position après le référendum du 30 juillet. Avant d’aborder les autres points saillants de la rencontre avec la presse, le commissaire à la production, Ahamada Ivessi, s’est indigné contre le comportement de ministre de l’information à l’égard des journalistes durant le jour du scrutin. «Des journalistes ont failli être agressés parce qu’ils voulaient exercer leur métier à Sanfil. Heureusement que les journalistes savent garder le sang-froid», a-t-il indiqué.

Sans mâcher leurs mots, les membres de l’exécutif de Ngazidja ont, à l’unanimité, rejeté les chiffres du ministre de l’Intérieur faisnt état d’un taux de participation de 63% annoncé avant-hier. Pour eux, « le taux devait être estimé à 25% ». Et d’ajouter : «les Grand-Comoriens ont répondu favorablement à l’appel fait par l’exécutif de Ngazidja. Ils ne s’étaient pas présentés aux urnes. Nous en sommes très reconnaissants. Malheureusement, des membres de bureaux de vote se sont permis de voter à leur place, de bourrer les urnes. Alors que le vote est un choix personnel». Le commissaire à la production estime que les villes et villages doivent organiser un hitma contre ce «délit commis par des membres de bureaux de vote».

Coup d’Etat ?

Pour illustrer, des membres de l’exécutif ont évoqué le cas de Mnugu ya Hamahame. «Sur 616 inscrits, 716 ont voté pour le Oui. Donc, le 104% pourrait être encore une fois au rendez-vous», ont-ils lancé. A les en entendire, un assesseur de bureau de vote à Vuvuni, s’est imposé en refusant de changer les voix du «Non» pour le «Oui». Ngazi Ngome a par ailleurs condamné avec fermeté l’agression du gendarme Ali Radjabou alias Abidhar au quartier Sanfil.

Ils condamnent «un acte indigne qui est contraire à la quiétude légendaire qui caractérise le pays». Le commissaire Ahamada Ivessi trouve que la déclaration du ministre de l’Intérieur a été trop prématurée. «Le ministre a accusé un parti politique sans qu’il y ait la moindre enquête», a-t-il martelé. L’exécutif de Ngazidja insiste sur le fait que « le scrutin référendaire importe peu dans la mesure où le processus électoral est illégal et que le taux de participation est moins de 50% ». Les conférenciers dénoncent un hold-up électoral : «Il n’y avait même pas d’arbitre. Les Comoriens n’ont pas voté. Donc, s’ils pratiquent leur projet de constitution, ce serait un coup d’Etat au niveau des Gouverneurs et des Vice-présidents».

Nazir Nazi / Alwatwan

2 commentaires sur L’exécutif de Ngazidja pointe du doigt le taux de participation de 63%

  1. VOUS NE POUVEZ PAS PARLEZ A LA A PLACE DE LA POPULATION CAR IL Y A CEUX QUI SONT ALLES VOTER ,IL Y A QUI NE SONT PAS ALLES, VOUS A FAIT LE MAUVAIS CHOIX DE NE PAS ALLER VOTER » NON » ET MAINTENANT VOUS MANQUEZ D’ARGUMENTS.SANS LE « NON » le « OUI » NE PEUT QUE L’EMPORTER.Vous n’avez aucune preuve pour justifier les données que que vous avancez .Alors laissez-nous tranquille vous êtes tous pareils.Ceux qui sont allés voter et ceux qui nesont pas allés, c’est pour eux-mêmes qu’ils l’ont fait ne vous attribuez pas cela.

    • Et lorsqu’on a des couilles dans la culotte on parle à visage découvert et non dans l’ombre.C’est le minimum si on veut raconter des sornettes.

Répondre à Ben Said Said Zaki Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*