L’heure est grave

Opinion libre:

AZALI a décidé le passage en force de son utopie à perdurer au pouvoir au risque d’être responsable d’un immense cimétière.
Ses complices croient dur comme fer de sa victoire car selon eux, la Communauté Internationale est là, présente, pour les Assises.
La communauté Internationale a toujours été là, en Somalie, au Rwanda et cela n’a pas empêché les coups de forces, les génocides.
Il faudrait la détermination de la classe politique d’opposition et la population pour justifier auprès de cette Communauté Internationale l’aveugle répression d’AZALI et le décalage entre ce qu’il dit à l’international et la réalité à l’interieur du pays. Je salue l’éclairage de MHOUMADI SIDI à travers ces écrits.

Je suis indigné par la position des journalistes comoriens, des blogueurs qui croient qu’un journaliste est indépendant au point de laisser s’installer la dictature. Je suis choqué par la non publication volontaire de Habarizacomores sur des textes engagés et éclairants, des textes pourtant signés.

Qui ne vit pas la brutalité, l’arrogance, les manipulations du régime AZALI dans le pays? Le retrait suivi d’explications des fondateurs du M11, la démission de ceux qui avait ouvert la marche des assises ne sont-ils pas des signes visibles d’une absence de concertation et d’un dicktat du Chef?
A quel registre doit-on placer les discours du vice Président Moustadroine, du Ministre KIKI?
J’en appelle à la resistence contre le mal, contre les injustices et contre la pensée unique.

La Communauté Internationale est consciente, avertie des risques d’embrasement du pays s’elle légitime AZALI sans tenir compte de la réalité sur le terrain qu’il est facile de comprendre.

BEN ALI.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*