Ligue des champions: Hamidou Msaidie, l’adjoint inconnu de Zinédine Zidane

On ne connaît pas son âge et pas vraiment son parcours non plus. Pourtant, Hamidou Msaidie sera bien sur le banc du Real Madrid, ce samedi, lors de finale de la Ligue des champions face à la Juventus Turin. Présentation d’un homme à la trajectoire fulgurante.

Certains l’ont pris pour un ramasseur de balles. C’était le 18 avril dernier. On joue alors la 112e minute du quart de finale retour entre le Real Madrid et le Bayern Munich en Ligue des champions. Marco Asensio vient de marquer le quatrième but des Merengue et valide définitivement la qualification de son équipe pour le dernier carré. L’Espagnol n’a même pas encore atteint le poteau de corner pour célébrer que le réalisateur de la rencontre bascule l’image sur Zinédine Zidane. On le voit rapidement se faire monter dessus par David Bettoni, son adjoint. L’œil est ensuite attiré tout naturellement vers un homme qui communie avec l’ancien numéro 10 des Bleus. Le plan est furtif, ne dure que trois secondes. Cet homme, de petite taille – d’où la confusion avec un potentiel ramasseur de balles -, c’est Hamidou Msaidie. Un membre du staff madrilène dont on ignorait jusque-là l’existence.

Un spécialiste de la réathlétisation

Après enquête, il s’avère que ce Comorien originaire de Mitsamiouli est en fait un compagnon de route de Zidane depuis la Castilla, l’équipe réserve du Real. Sur le site officiel du club, il est présenté simplement comme un «adjoint», au même titre que Bettoni. Dans les faits, cela diffère un peu. Son rôle est essentiellement axé sur la réathlétisation des joueurs. En gros, il aide les blessés à revenir en forme. En France, très peu d’informations circulent à son sujet. Par exemple, on ne connaît pas son âge. Tout juste sait-on qu’il aurait travaillé avec la Fédération française de football ainsi qu’avec les arbitres de l’élite, et qu’il serait originaire de Marseille. Il faut toujours parler au conditionnel avec lui. L’homme se veut très discret.

France football.fr

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*