L’impopularité grandissante d’Azali, pousse le président au débauchage

Opinion libre: Dissensions au sein de l’UPDC.
Élus et barrons du Parti divergent sur le renouvellement du bureau .
Un communauté anonyme circule dans les réseaux sociaux, anonyme car non signé. Mais après vérification, il ressort que ce communiqué émane des barrons du régime. Le mandat du bureau est arrivé à échéance, il faudrait donc en élire un nouveau, sauf que jusqu’à présent cela n’a pas été fait.

En revanche certaines dispositions transitoires sont prévues dans pareil cas. Ces dispositions prévoient de suppléer le finissant par les élus issus du Parti , d’aciens ministres et quelques personnalités déjà présent dans l’acien bureau . Ceci en attendant un nouveau bureau .
Les barrons en tête duquel se trouve le bras droit de Mamadou , Adamo , veulent passer outre , en procédant à la mise en place d’un nouveau bureau , sans pour autant tenir compte des statuts du Parti . Signalons qu’au sein de ce parti , deux courants se dessinent : le Courant Mamadou et le courant IKILILOU .
Entte les deux on connaît déjà le désamour né de l’après présidentielle dernière.

Il n’est pas impossible que le pouvoir actuel tente de briser l’unité des partis et d’en récupérer les éléments fragiles. L’UPDC n’est pas le seul parti à être victime de ces manoeuvres. Tous les partis subissent le même débauchage .Déjà au sein du Parti Radhi se dégagent deux courants , celui de Msaidie et Abdou soefou . Le premier s’empresse de conclure un partenariat politique avec le pouvoir , certainement pour échapper la prison en raison de son implication dans le volet des passeports, le second Soefou ne situe pas dans l’opposition, mais entend construire avec Azali un contrat politique sincère.

Dans le parti Juwa , là aussi des tractations sont menées depuis trois mois pour tenter de ramener Fahami dans le camp du pouvoir , on ignore si cette initiative a aboutit ou pas . Toujours est il que l’ancien candidat malheureux à la présidentielle reste bouche cousue , et ne bouge que pour présenter les condoléances des uns et des autres , en bon musulman. Dans cette tentative d’implosion des partis entreprise par Azali , Mamadou et Sambi multiplient les démarches auprès des organisations internationales.

Le gouverneur Salami est parti de Paris pour rejoindre à Addis le député de Moroni Nord Ibrahim Mohamed soulé et le président du conseil de l’ile d’Anjouan. Mamadou quand à lui est passé en transit à Moroni pour continuer à Madagascar où en principe doit rencontrer un émissaire de l’ONU présent dans ce pays pour la crise malgache.

Quand au pouvoir , depuis lundi dernier on attendait le décret devant rendre public les dispositions devant êtres soumises à référendum, l’attente se prolonge, les mauvaises langues allant même jusqu’à dire qu’ elles ne seront connues que le 30 juillet , jour du référendum. Voilà un peu le tableau.

Daoud Halifa

1 commentaire sur L’impopularité grandissante d’Azali, pousse le président au débauchage

  1. Le débauchage des partis politiques d’opposition n’a jamais été une stratégie payante aux Comores .On se rappelle de l’époque A.Abdallah,de Djohar ou les mêmes débauchés faisaient l’éloge de leur père et une fois éliminés du pouvoir ont piétiné leurs cadavres .Donc Azali se trompe en suivant une ligne politique qui a échoué sur tous les fronts

Répondre à Mernisse Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*