L’inutilité des vices-présidents

wpid-screenshot_2016-03-16-20-45-19-1.png

En attendant le coup d’envoi des campagnes électorales de l’Union des Comores, on se permet quelques « hors sujets » utiles mais qui désintéressent les politiques.

Les Comores vont entamer une deuxième tournante, donc une quinzaine d’années minimum de gouvernance sous le signe de l’insularité et de chauvinisme insulaire. Certains politiques vont devoir entrer en hibernation en attendant leur tour qui arrive dans une dizaine d’années et d’autres prendront leur bâtons de pèlerin pour le prochain tour. Un chassé-croisé politique devant Beit-salam qui n’engraisse que ceux qui ont mis en place ce système néfaste : « La tournante ». Un tour de misère, de désordre politique et de corruption galopante n’a pas suffit, il en faut un autre pour achever les Comores.

image

Il ne s’agit pas d’une tournante pour le bien du pays, mais une sorte de passe-à-dix jouée par les quatre vingt disards; donnes moi la balle au milieu, je te la passerai face au but… et vice versa… La composition du trio ou disons les douze candidats des élections présidentielles générales, c’est-à-dire les trois titulaires et les neuf vice-présidents, nous renseigne un fait incontestable : ce sont les mêmes. Mais au juste, quels sont les rôles des vice-présidents ? Si ce ne sont que des roues carrées infligées aux Président de l’Union !

Des postes budgétivores

Dès la mise en place de la tournante, les présidents de l’Union se voient imposer trois ministres « inamovibles» sous le litre de vice-président. Ces personnes qui ne sont ni élus aux suffrages direct ni indirect restent collées à la mandature quelles que soient leurs humeurs et leurs positions face au Président. Ils sont à la fois élus suivant la constitution mais non responsables de leurs gouvernances ! Ils déversent leurs bilans à celui du raïs et s’accrochent au pouvoir en prétendant qu’ils sont élus pour y rester. Certaines personnes nous sortirons qu’USA le vice-président est élu avec le président ! Oui mais au moins, nous savons son rôle. Et les nôtres ? Rien. Déjà certains prétendants Vice-présidents tout comme les prétendants présidents, ont leurs bilans moroses. Et ils bénéficient des soutiens du peuple martyrisé par eux quand même.

Collusion entre gouverneur et VP

Certes, constitution comorienne n’est pas le coran, l’aménager pour trouver une équilibre et surtout effacer les doublons afin de fluidifier la gouvernance, serait un plus pour le pays. Mais pas en costume taillé sur mesure comme certains prétendent le faire, une fois élus. Chaque île a un gouverneur et un vice-président mais qui a le destin de l’île en main ? Qui n’est pas utile mais qui dilapide l’argent du contribuable pour rien ? A mon avis, il y a du doublon entre la fonction du gouverneur et celle du vice-président.

Avec cette virée de quinze années de tournante et de ne rien faire, il sera difficile de supprimer cette dernière qui n’apporte rien au pays, mais il serait possible de revoir en profondeur le mode de la gouvernance qui est jusqu’ici budgétivore et clientéliste. Supprimer les vice-présidents, laisserait un champ de manœuvre au Président de l’Union, donc une gouvernance apaisée loin des combats de coqs éventuels au sein même du gouvernement de l’union à l’exemple de saga Fouad-IKI.

Abdou Radjab / Cp

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*