L’opposition accuse le gouvernement « de vouloir organiser son meeting à la place des assises nationales »

Au cours d’une conférence de presse tenue samedi dernier à Voidjou, dans un lieu privé, l’opposition dont la « CRC en mouvement », vient de dénoncer encore la manière dont vont se dérouler les assises nationales. Face à la « méthode cavalière » utilisée par le gouvernement, notamment le format et la désignation des membres composant le CPAN (Comité de pilotage des assises nationales),l’opposition se trouve dans l’obligation de se retirer puisque, selon elle, « il s’agira d’un meeting du gouvernement mais pas d’assises nationales ».

Dés la mise en place, en début de la semaine dernière, du comité de pilotage communément appelé CPAN, le gouvernement considère que « le train est déjà en marche ». Mais de l’autre coté, c’est-à-dire l’opposition, on multiplie les sorties médiatiques, pour dénoncer les actions du pouvoir. Elle persiste et signe que les assises ne seront pas inclusives ni transparentes puisque, le gouvernement n’a pas respecté le format représentatif de toutes les composantes politiques, sociales et insulaires.

Au cours de cette conférence de presse, les dirigeants de l’opposition ont longuement expliqué les raisons de leur retrait de ces assises. « Nos partis politiques n’ont jamais affiché un signe d’hostilité aux assises nationales. Mais nous sommes plutôt contre le jeu de cache-cache du gouvernement, qui ne respecte pas les engagements pris avec les partis politiques et le Mouvement du 11 Août », soutient Mouigni Baraka Said Said Soilihi, ancien gouverneur de Ngazidja et leader du parti Rdc.

Ce dernier a tenu au passage à exprimer sa compassion auprès des journalistes, suite, dit-il, «à ce qui est arrivé à votre confrère physiquement agressé par le ministre de l’intérieur, en priant que cela ne se reproduira plus ».

A propos de la composition du CPAN, Mouigni Baraka déplore que la liste des représentants des partis soit modifiée. « Sur les 13 membres qui devraient représenter les partis politiques au CPAN, nous nous sommes mis d’accord que 6 seraient issus de de l’opposition, 6 pour les partis au pouvoir et 1 non aligné, mais à notre grande surprise, nous avons constaté que le décret  présidentiel a complètement modifié la liste de l’opposition ». Et lui de préciser que « les noms que nous avons envoyés ne sont pas ceux qui y figurent », regrette Mouigni Baraka, pour qui cela n’augure rien de bon « car demain même les conclusions seront modifiées par le pouvoir ».

C’est ainsi que « nous avons dit que le gouvernement est en train d’organiser son propre meeting mais pas des assises nationales », renchérit à son tour Youssouf Said, qui préside cette conférence de l’opposition en présence du député de Hambou Ali Mhadji et Idi Boina, qui se réclament du parti « Crc en mouvement ».

« Nous ne pouvons pas cautionner une telle mascarade. Notre objectif est d’informer la communauté internationale que les assises ne sont pas inclusives », martèle l’actuel secrétaire national du parti Juwa. Ahmed Hassane Elbarwane, qui illustre ses propos par « le récent retrait de nombreuses personnalités de Mohéli, après le désistement d’Anjouan, etc’est la preuve que tout le monde est contre le format ». Et Razida de demander au président Azali « de réfléchir et de prendre ses responsabilités avant qu’il ne soit pas trop tard ».   

Ibnou M. Abdou/LGDC 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*