L’Université des Comores déclenche (encore) une grève

À l’issue d’une assemblée générale qui a eu lieu ce matin du samedi 16 septembre à l’IFERE, le Sneuc, syndicat national des enseignants de l’université des Comores et l’administration ont décidé à l’unanimité d’entrer en grève à partir du lundi prochain.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

La rentrée universitaire prévue le 25 de ce mois n’aura pas lieu si les revendications convenues entre l’Udc et le gouvernement ne sont pas satisfaites. En effet, depuis le mois de février le protocole d’accord signé entre les deux parties est resté  lettre morte. Le manque à gagner de 242 millions Kmf dû à la baisse des frais d’inscription par le président de la République n’est toujours pas comblé, ce qui pénalise sérieusement le fonctionnement de l’institution. Les contratuels et vacataires de l’université accusent plusieurs mois d’arriérés de salaire. Et tant d’autres soucis non réglés malgré les engagements de L’État.

M.Djoumbé/Comores infos 

1 commentaire sur L’Université des Comores déclenche (encore) une grève

  1. Voilà le développement préconisé par le dictateur azali assoumani.
    L’école est la meilleure voie pour mettre un terme au SOUS-DÉVELOPPEMENT. Car, ignorer les futurs ingénieurs, les avocats, les médecins, les chercheurs qui en découleront de l’école ne fera jamais ce pays un état en voie de développement.

    Puisqu’un vrai développement passe d’abord par l’éducation et l’enseignement supérieur. En effet, un état sous-développés doit avant tout sortir le pays dans l’ignorance. Comment voulez vous que la population comorienne comprenne une démarche azaliste de développement alors que l’école ne remplit pas sa mission. Il faut dire que récemment le putschiste azali a fait appel à deux avocats auprès du conseil d’État qui est la haute juridiction administrative française. Cet appel montre la carence manifeste de certains professionnels, notamment dans le domaine juridique, scientifique, médical et la recherche fondamentale.

    Il faut souligner que le décollage d’un pays se fait par l’éducation et pour l’éducation. Nous avons vu dans le passé que les pays qui ont misé sur l’éducation connaissent Aujourd’hui un développement exponentielle. L’exemple type c’est la Taiwan, la Corée du Sud.

    Par ailleurs, se focaliser sur les assises afin d’une éventuelle modification constitutionnelle est une tromperie. Or, tromper le peuple pour un intérêt personnel n’a jamais été une bonne idée. Puisque le peuple en dépit de son ingratitude finira par un soulèvement. Et azali doit avoir le courage d’expliciter son ambition de rester au pouvoir. Car, on peut prétendre au développement d’un pays, mais si derrière, le président cherche les moyens pour garder les deniers publics, ce qu’il y a quelque chose qui se cache.

    Il faut savoir qu’azali et sa famille ont besoin systématiquement du compte de l’état pour rester en bonne santé. Or, quand on est arrivé à la vieillesse et que le corps tout seul ne pourrait pas supporter la charge, il est préférable de rentrer très vite dans une mosquée. Car, c’est le lieu sûr pour implorer ses dégâts. Mais non pas de continuer à utiliser l’argent public pour ses soins. Pascal disait que le bonheur qui prive celui de l’autre je n’en veux pas.

    Bref, azali assoumani a un seul et unique objectif, il s’agit du pouvoir. Il s’en moque d’un développement. Celui qui avait livré le pays à Bob Denard en prenant la fuite vers un territoire français, il fait miroiter qu’il est l’homme du développement. Où est l’amour d’un pays ? Nous avons une école en état de décomposition avancée. Les enseignants sont méprisés et les élèves médusés par un contexte social et économique lamentable. Aujourd’hui, le gouvernement à mis beaucoup d’argent pour les assises pendant que les enseignants n’ont pas eu leur moyen d’existence.
    Est-il possible qu’un pays se développe sans un enseignement efficace ?

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*