Lutte contre la rougeole : 103.849 enfants de 9 mois à 5 ans doivent être vaccinés

«Aux cours de ces dernières années, les soins donnés aux mères et aux enfants, en général, et la protection contre la maladie évitable par la vaccination des enfants, en particulier, constituent une priorité pour notre gouvernement. Aujourd’hui, c’est avec fierté que je voudrais informer que le dernier cas de rougeole dans notre pays remonte à l’année 2012 et que le taux de la couverture vaccinale contre cette maladie est de 80% sur l’ensemble de notre territoire», a fait savoir le ministre en charge de la santé, avant de lancer officiellement la campagne.

Par Nazir Nazi

La rougeole tue beaucoup d’enfants alors que les décès peuvent être évités grâce à la vaccination anti-rougeole», a été un des slogans sur les banderoles déployées hier, à Salimani-ya-Itsandra, lors du lancement officiel de la campagne de vaccination contre la rougeole pour les enfants âgés de neuf mois à cinq ans. Il s’agit d’une campagne qui va débuter aujourd’hui, 27 octobre, jusqu’au 29 du mois, laquelle est intégrée la distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticide.

A l’occasion de la cérémonie de Salimani, les autorités nationales et internationales de la santé ont soutenu que les efforts seront déployés sur l’ensemble du pays, tout en accordant une attention particulière aux zones difficiles d’accès, aux quartiers défavorisés en milieu urbain et périurbain en vue de toucher les 20% d’enfants qui échappent encore aux interventions de routine du programme.

Il a été révélé, lors du lancement de la campagne, qu’une analyse des données du Pev (Programme élargi de vaccination) montre que 41% des districts sanitaires enregistrent des couvertures vaccinales en dessous de 80%. 

Un taux de la couverture vaccinale de 80%

A cet effet, la représentante de l’Organisation mondiale de la santé aux Comores, Rosa Soares Dasilva, a souligné que ces districts devraient également faire l’objet d’une attention particulière de la part des équipes de vaccination, des superviseurs et des évaluateurs pour connaitre les causes de la faible performance dans lesdits districts. «Pour atteindre tous les enfants, les populations devraient être sensibilisées avant et pendant toute la durée de la campagne, les équipes de vaccination et les superviseurs devraient bénéficier d’un soutien logistique important pour éviter toute rupture de stock de vaccins, et de chaine de froid.

Toutes les parties prenantes devraient avoir un objectif commun qui est la vaccination de tous les enfants comoriens âgés de 9 à 59 mois», a souhaité Rosa Soares Dasilva, avant d’ajouter que les données récentes indiquent une évolution favorable de la couverture vaccinale anti-rougeole qui est passée de 72% en 2010 à 80% en 2015. Il faut savoir que cette campagne contre la rougeole entre dans le cadre des activités vaccinales de rattrapage, dont le but est de renforcer l’immunisation des enfants et de réduire la susceptibilité globale à la maladie en Union des Comores.

Quant au ministre en charge de la santé, Moussa Mahoma a, tout d’abord, remercié l’ensemble des   partenaires au développement sanitaire de l’Union des Comores pour leur présence permanente et pour leur participation très active tout au long du processus conduisant au lancement de cette campagne 2016.

Selon lui, à la fin de cette campagne 103.849 enfants doivent être vaccinés, soit 95% des enfants de neuf mois à cinq ans, sur l’ensemble du territoire national. «Aux cours de ces dernières années, les soins donnés aux mères et aux enfants, en général, et la protection contre la maladie évitable par la vaccination des enfants, en particulier, constituent une priorité pour notre gouvernement.

Aujourd’hui, c’est avec fierté que je voudrais informer que le dernier cas de rougeole dans notre pays remonte à l’année 2012 et que le taux de la couverture vaccinale contre cette maladie est de 80% sur l’ensemble de notre territoire», a fait savoir le ministre en charge de la santé, avant de lancer officiellement la campagne. 

Alwatwan 


Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*