Ma famille, détrompez vous, Anjouan fut libérée par l’Union Africaine

L’armée comorienne avec ses modestes moyens en homme et en matériel n’était pas en mesure de vaincre avec succès le colonel Bacar. En plus, nous avons vu lors du débarquement en 1997 avec en tête le lieutenant colonel SAID HAROUNA, et cette intervention militaire se soldait par une humiliation cuisante.
image

Par ailleurs, si l’officier SAlIMOU AMRI avait les capacités intellectuelles et militaires pour vaincre le colonel Bacar, il l’aurait du les montrer lors de la prise en otage des Comores par Bob Denard. D’ailleurs, SUN TSU disait que le militaire le plus stratège est celui qui se sacrifie pour sauver le plus grand nombre. Or, Salimou n’a jamais fait cela au moment où les comoriens avaient besoin d’un vrai soldat.

Cependant, ceux qui croient que l’île d’Anjouan a été libérée à l’initiative de cet officier, ces derniers ne retiennent rien de l’histoire.

D’abord, SALIMOU AMRI, fut intégré l’ex-fac ou force armée comorienne dans les années 1987. A l’époque, il y’avait trois forces en présence:

Première force de 600 hommes conduite par Bob Denard, Malacroni, et Jean Paul Guerrier. Leur fonction principale est d’assurer la stabilité du pays afin que leur commerce offusque puisse se faire dans des bonnes conditions. C’est le cas de la vente de certaines armes à l’Afrique du sud.

Deuxième armée, il s’agit de la gendarmerie nationale. cette institution a été dirigée par le commandant abdourazakou et quelques officiers français. ce corps avait une plus grande liberté, par rapport à l’ancienne GP ou garde présidentielle.

En enfin, la fac ou force des armées comoriennes. Ce dernier englobe quasiment tous les officiers d’hier et ceux d’aujourd’hui dont MR SALIMOU AMRI. A la tête de cette force se trouvait l’ancien commandant AHMED MOHAMED.

Or, tous ces officiers ont vécu la gabegie militaire de Denard et aucun parmi eux n’ont jamais eu le courage de dire ce qu’ils pensaient à propos de ce  »sultan blanc aux Comores » y compris, SALIMOU AMRI.

Tous ces militaires ont trahi leur mission consistant à préserver l’intégrité du territoire et la souveraineté du pays. En aucun moment, le soi-disant Général n’a osé d’envoyer une lettre ouverte au président Abdallah pour dénoncer la présence des mercenaires sur le sol comorien, ni mettre en cause le changement incessant de la constitution comorienne.

Rappelons, qu’un militaire doit avoir un comportement apolitique. Son rôle est de tout faire pour son territoire et les intérêts supérieurs de la nation. Il ne joue pas le rôle d’un officier ou d’un commissaire de police qui doit assurer la pérennité des institutions et les troubles à l’ordre public.

Donc, faire allégeance à l’officier SALIMOU n’est autre qu’une bêtise enfantine de la part des ennemis de la nation. Si cet officier avait la capacité de libérer Anjouan, pour quoi, il n’avait pas fait cela sans la présence de l’union Africaine.

Il faut rappeler que sans la présence de cette force, Bacar aurait du rester en place. La meilleur de toutes les choses, pour un homme intelligent est de dire humblement ses propres limites.

En revanche, oublier les déboires de tous les officiers comoriens c’est nier l’histoire de cette institution. Par contre, ils sont forts quand il s’agit de gazer les professeurs ou les étudiants. Mais, se battre pour les Comores n’est pas la fonction principale de ces soldats.armée

Il fallait attendre les années 1980 pour voir certains groupes de patriotes se révolter contre Denard. Au même moment des officiers comoriens restaient sourds aux exactions barbares de Denard. Il faut souligner qu’un seul officier avait pris le risque d’empêcher un coup d’état de DENARD car le président de l’époque avait une femme de Mitsamihouli. Donc, il se trouvait dans l’obligation de se montrer aux yeux de son village.

Enfin, Salimou Amri n’est pas le modèle idéal pour le pays. Notre pays a besoin d’un homme qui ose transgresser une partie de notre tradition et aussi capable de négocier dans un monde où chaque pays a inscrit dans sa constitution la préservation des intérêts supérieurs de sa nation.

Elire, une personne qui a participé aux systèmes notabilaires ou qui a participé dans un gouvernement quelconque, c’est cautionner la continuité dans la descente aux enfers. Salimou n’a jamais prouvé une quelconque intelligence pour être confié la clé de Beit-Salam. Par contre, si voulez vous qu’il y’ait des règlements de compte entre militaires ou entre les civiles, élisez vous SALIMOU AMRI vous verrez la suite du pays.

Imani

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*